Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Activités parlementaires

Rapports

Rapport sur la stratégie UE-Afrique: un coup d’accélérateur au développement

Le Parlement européen a adopté un rapport sur "la stratégie UE-Afrique" en amont du sommet Union africaine-Union européenne à Abidjan. Ce rapport nous alerte sur les priorités fondamentales de notre partenariat dans un contexte sécuritaire et migratoire sans précèdent.

Ce sommet sera une des dernières occasions d’aborder sans tabou les défis communs qui frappent nos deux continents. Il devient urgent d'évoquer les conséquences d'une démographie non maitrisée, d'un extrémisme religieux galopant, avec leurs causes comme leurs financements, la lutte contre la corruption, la déforestation. Tant de défis encore absents des discussions à venir.

Il est, par exemple, bien naïf de penser pouvoir participer au développement du continent africain sans mener une lutte acharnée contre la corruption. L'aide au développement doit être conditionnée à la mise en œuvre de règles strictes dans son utilisation en matière de transparence et de lutte contre la corruption, ainsi qu'à la traçabilité des flux financiers.

De même, alors que les catastrophes naturelles liées aux changements climatiques s’enchainent, la lutte contre la déforestation doit être une autre priorité de ce Sommet. Chaque jour, la déforestation du continent africain fait avancer la désertification, détruit sa biodiversité et garantit à l’Afrique l'avenir d'un continent surpeuplé mais désert. C’est la promesse de nouveaux conflits et de mouvements migratoires considérables aux dépens de nos deux continents.

Les investissements européens doivent reprendre leur juste place et ne plus être ignorés au profit de pays tiers. Nos valeurs communes doivent reprendre le dessus pour redéfinir pour des décennies de nouvelles relations économique et commerciale.

Ce sommet est une chance historique pour l'Europe et l’Afrique ! Saisissons-la ! Nous devons maitriser ensemble les flux migratoires, lutter contre le terrorisme et ses causes, et avoir un horizon commun dans la paix durable. De ces questions dépendent le succès de l’événement !

Télécharger le rapport

Rapport sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons

Intervention en séance plénière

Merci Monsieur le Président/Madame la Présidente,

Tout d’abord, je voudrais remercier notre rapporteur, Joëlle Bergeron, pour le travail qu’elle a mené sur ce rapport.

Nous sommes ici aujourd'hui pour insister sur l’urgence de la situation des prisons européennes. Et l'exemple de la France est emblématique de l'état alarmant des prisons en Europe.

Une surpopulation carcérale record avec plus de 10 000 places manquantes, des conditions de détention préoccupantes, près de 1500 détenus considérés comme radicalisés, un personnel pénitentiaire méprisé aux conditions de travail indignes : voilà la réalité des prisons en France.

Et la France n’est pas un cas isolé ! J’ai envoyé en mai 2016 une lettre et un questionnaire à l’ensemble des Ministres de la Justice de l’Union européenne afin de faire un état des lieux de la situation des prisons en Europe. Un tiers d’entre eux reconnaissaient être en situation de surpopulation carcérale. Tous font face à des difficultés de réinsertion. La plupart font d’ailleurs état d’un taux de récidive supérieur à 40% à la sortie.

Oui, la politique pénitentiaire est une compétence nationale. Mais les défis posés par cet état dégradé sont les mêmes pour tous ! Les exemples les plus criants sont la violence dans les prisons et la détention de détenus de plus en plus difficiles et dangereux comme les radicalisés ! Nous devons trouver et promouvoir des lignes directrices communes. C'est notre responsabilité.

La prison doit évoluer et s’adapter aux nouvelles formes de délinquance et de criminalité et aux nouveaux profils de détenus. Dans ce rapport, je préconise la mise en place de régimes de détention différenciés en fonction de la dangerosité des détenus.

Il est inadmissible que dans les stratégies nationales et européennes de lutte contre le terrorisme, les prisons ne soient pas prises en compte. Elles sont pourtant au cœur du problème et une partie de la solution. Les attaques terroristes en Europe se multiplient. Alors que la prison, avec Internet, est le principal vecteur de la radicalisation, comment pouvons-nous rester inactifs ?

Un autre aspect majeur à traiter sans plus attendre est la question de la réinsertion pour prévenir la récidive. Les mesures de réinsertion doivent être internalisées et débuter au cours de la détention. C’est une conviction transpartisane qui a guidé notre travail. Sans mesures de suivi et de réinsertion, les détenus libérés resteront des récidivistes potentiels à tout moment.

Enfin, pour conclure : la prison est une privation de liberté, pas une privation de dignité. Face à l’état déplorable de nombreuses prisons européennes surpeuplées et insalubres, les conditions de détention doivent évoluer. Il ne faut avoir peur de construire des prisons. Il en va aussi de l'honneur de nos pays !

Télécharger le rapport


Dernière intervention


Intervention de Rachida Dati en séance plénière sur les prisons en Europe

Retrouvez mon intervention du 5 octobre 2017 en séance plénière au Parlement européen sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons

Voir toutes les interventions

Dernière question écrite

Évaluation des plateformes internet en matière de lutte contre le contenu illicite en ligne

25 octobre 2017

Les plateformes en ligne ont un rôle majeur dans le partage de contenu illicite faisant la promotion du terrorisme. Depuis plusieurs années, j'appelle les géants du Net à assumer la responsabilité de la surveillance et du contrôle des contenus qui apparaissent sur leurs réseaux. En novembre 2015, j'ai fait voter au [...]

Voir toutes les questions écrites

Dernier livret

Les livrets de Rachida Dati

#5 LA POLITIQUE EUROPEENNE DES VISAS

Les visas: un outil au service d'une politique européenne ambitieuse

Voir tous les livrets