Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Activités parlementaires

Rapports

Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil concernant le programme européen d'observation de la Terre (GMES) et sa mise en œuvre initiale (2011–2013)

(COM(2009)0223 – C7-0037/2009 – 2009/0070(COD))
 
L'initiative d'observation de la Terre GMES est un projet important pour l'avenir de l'Union européenne. GMES, au même titre que le programme de navigation par satellites Galileo, est un système mis au point par l'Union européenne pour permettre de mieux gérer l'environnement et de renforcer la sécurité des citoyens. À la différence de Galileo, GMES sera dès le départ financé à l'aide de moyens publics.

La Commission se voit confier la gestion et la coordination générale du projet. Quant à sa mise en œuvre technique, elle sera assurée par l'Agence spatiale européenne (ESA), qui possède le savoir-faire nécessaire. Il serait souhaitable que la mise en œuvre technique de la composante spatiale de GMES soit confiée à l'ESA dans le cadre d'un contrat de délégation. Les responsabilités s'en trouveraient clarifiées et la transparence du programme serait renforcée.

Télécharger le rapport

Présentation du rapport sur « la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens de l’Union par des organisations terroristes »

Rachida Dati présentera cet après-midi à partir de 14h30 en commission des Libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen son rapport sur « la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens de l’Union par des organisations terroristes ».

S’en suivra un échange de vues avec les autres Députés européens membres de cette commission.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Les attaques terroristes de ce début d'année 2015 ont mis en évidence l'urgence qu'avait l'Union européenne à agir en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention de la radicalisation des citoyens européens.

Si les tragédies de ce début d'année 2015 ont permis de décider les institutions européennes, ainsi que les États membres à s'impliquer davantage dans la prévention de la radicalisation, cela fait longtemps que des appels ont été faits dans ce sens. La lutte contre la radicalisation des citoyens européens demeure de la compétence première des États membres. Toutefois, une approche européenne concertée est nécessaire pour lutter de manière efficace contre la menace que constituent ces citoyens européens radicalisés qui peuvent circuler librement sur le territoire européen.

Bien que ce chiffre soit difficile à estimer, on évalue aujourd'hui à plus de 5000 le nombre de citoyens européens partis combattre aux côtés d'organisations terroristes en Irak et en Syrie. Si ce phénomène prend une ampleur considérable dans certains États membres, toute l'Union européenne est concernée par les défis et les questions que ces "combattants étrangers" soulèvent.

La radicalisation des citoyens européens, qui peut aller jusqu'à leur départ au combat auprès d'organisations terroristes telles que Daech, constitue une réelle menace sécuritaire pour l'Europe, ses États membres et ses voisins.

Face à l'accélération de ce phénomène, les mesures de répression ne suffisent plus. L'Union européenne se doit d'adopter une nouvelle stratégie, fondée davantage sur la prévention. Ce rapport mettra donc l'accent sur la mise en place d'une attitude proactive en matière de prévention de la radicalisation et du recrutement des citoyens européens par les organisations terroristes.

L'objectif de ce rapport sera de faire des recommandations pour une stratégie européenne de prévention de la radicalisation et du recrutement des citoyens européens. Pour cela, il convient d'analyser les différents vecteurs de la radicalisation. Une étude des modes d'action pour le recrutement de nouveaux "combattants étrangers" doit permettre de soumettre des solutions efficaces dans chaque secteur, chaque plateforme, favorisant une telle radicalisation.

C'est pourquoi, une approche inclusive doit être adoptée afin de présenter une analyse complète de la prévention de la radicalisation et du recrutement des citoyens européens.

Ce rapport traite de la prévention de la radicalisation et du recrutement des citoyens européens par les organisations terroristes. Il ne revient pas ici de lister une nouvelle fois les mesures européennes de lutte contre le terrorisme, mais bien d'échanger sur des idées nouvelles permettant d'éviter les dérives et menaces sécuritaires sur notre territoire.

Le rapporteur tient toutefois à rappeler son attachement à la protection des libertés fondamentales. En aucun cas, le Parlement européen ne mettra en cause dans ses propositions le respect des droits et des libertés fondamentales, et notamment la liberté d'expression, des citoyens européens. Le rapporteur veillera à ce que les recommandations contenues dans ce rapport respectent le principe de proportionnalité et qu'aucune des propositions soumises dans ce rapport n'aille au-delà de ce qui est nécessaire pour parvenir à l'objectif affiché. Le rapporteur est par ailleurs très attaché au respect du principe de subsidiarité.

Les attaques terroristes de ce début d'année 2015 ont mis en évidence l'urgence qu'avait l'Union européenne à agir en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention de la radicalisation des citoyens européens.

Si les tragédies de ce début d'année 2015 ont permis de décider les institutions européennes, ainsi que les États membres à s'impliquer davantage dans la prévention de la radicalisation, cela fait longtemps que des appels ont été faits dans ce sens. La lutte contre la radicalisation des citoyens européens demeure de la compétence première des États membres.

Télécharger le rapport


Dernière intervention


Intervention de Rachida Dati en commission Affaires étrangères le 9 janvier 2017

Retrouvez mon intervention du 9 janvier 2017 en Commission des Affaires étrangères sur les relations entre l'Union européenne et le Maroc

Voir toutes les interventions

Dernière question écrite

Fonds européen pour le développement durable

28 avril 2017

En juin 2016, la Commission a décidé de proposer un «plan d'investissement extérieur» sur le même modèle que le plan Juncker qui établit le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS).

Voir toutes les questions écrites

Dernier livret

Les livrets de Rachida Dati

#4 AFRIQUE DU NORD ET MOYEN-ORIENT

La diplomatie européenne en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

Voir tous les livrets