Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Billets d'humeur

La révolution réaliste

Un vent nouveau serait-il en train de souffler sur Bruxelles? Le vieux mythe du fédéralisme est peut-être en train de tomber. Car les conservatismes ne sont pas toujours là où on le croit. L’élite acclame les « Européens » auto-proclamés qui, pour conserver leur place, écrivent des pamphlets pour pleurer cette Europe technocratique rejetée par les peuples et source de tous les populismes.

D’autres veulent faire bouger les lignes, en agissant à contre-courant de l’élite « de Bruxelles ». Ce sont eux les modernes, les courageux, les défenseurs d’une Europe réaliste.

David Cameron est de ceux-là. Lorsqu’il propose aux Britanniques un référendum sur l’avenir du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne, il agit en responsabilité. Le refuser aux Britanniques qui le demandent serait le meilleur moyen d’accentuer le sentiment anti-européen qui monte non seulement outre-Manche mais partout en Europe.

Lorsqu’il propose de rapatrier certaines compétences dévolues à Bruxelles au niveau national, c’est ce que nous souhaitons ! Nous croyons, comme David Cameron, que l’avenir de l’Europe en dépend.

C’est dans ce même esprit que l’on doit avancer avec la dérégulation utile. David Cameron a eu l’audace d’imposer cette idée à l’agenda européen. Même le « pusillanime » Barroso a été contraint de lancer le programme REFIT, visant à simplifier et alléger le droit européen.

La France a elle aussi présenté une initiative de simplification, de sorte que cet objectif a été inscrit dans les conclusions du dernier Conseil européen.

L’enjeu est aujourd’hui de trouver le bon curseur, de faire le tri entre l’essentiel et l’accessoire. François Hollande a raison d’être prudent face à l’offensive britannique, qui sur la forme est bonne, mais dont on ne connaît pas encore les contours précis. Une initiative ultralibérale se retournerait contre les peuples que l’on dit écouter aujourd’hui.

Simplifier pour relancer la compétitivité des entreprises européennes, et notamment des PME, est un impératif. Mais cette simplification ne doit pas, par exemple, se faire au détriment de certains droits des travailleurs ou de la protection de la vie privée des citoyens.

Mais c’est un débat qui mérite d’être ouvert pour aboutir à une action forte au service de notre compétitivité et des Européens.

Je plaide pour que cette simplification soit appliquée en priorité au domaine énergétique. J’ai interpellé la Commission européenne en ce sens, alors qu’elle recevra prochainement les énergéticiens européens.

C’est une réponse à apporter à ces groupes énergétiques qui s’inquiètent, à juste titre, de l’incohérence de la politique énergétique européenne.

Le problème le plus grave est celui de la multiplicité d’objectifs contradictoires en matière d’environnement, d’énergie et de climat. Ces objectifs pris isolément sont louables. Mais conjugués, les faits ont démontré qu’ils pouvaient s’annuler l’un l’autre, sans parler des dégâts causés sur la compétitivité de nos entreprises.

C’est le cas en ce qui concerne par exemple les énergies renouvelables. Avec les subventions dont elles bénéficient, le marché est faussé et on y a recours de manière prioritaire. Le problème est que ces énergies sont par nature intermittentes et qu’elles ne sont pas à même de faire face, à elles seules, aux demandes en énergie. En Allemagne, le charbon est utilisé pour faire face à cette intermittence… au détriment de la réduction des émissions de gaz à effet de serre !

Le processus de simplification doit nous mener vers une politique énergétique européenne plus flexible dans ses objectifs et enfin cohérente.

Je compte inscrire cette ambition comme l’une des priorités de la campagne de l’UMP pour les européennes. L’UMP doit enfin cesser d’hésiter sur sa ligne européenne. Nous n’avons jamais été autant écoutés que lorsque nous savions parler et écouter le peuple, et en particulier les classes populaires. Sur l’Europe, ils nous demandent une révolution réaliste. Entendons-les !

Courrier aux députés européens sur la proposition de règlement pour la prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne

Chers collègues,

Notre mandat a été marqué par une terrible succession d’attaques terroristes en Europe. Ensemble, nous avons pris nos responsabilités au cours des dernières années pour renforcer la sécurité des citoyens européens et lutter sans relâche contre les organisations terroristes qui embrigadent notre jeunesse dans la barbarie.

Si la prison demeure un lieu de radicalisation, Internet devient l’outil incontournable de la propagande et de l’apologie du terrorisme. Aucune des attaques qui ont meurtri nos villes n’ont été perpétrées sans lien avec des communications ou des contenus diffusés en ligne.

Face à ce constat, nous avons une responsabilité, et nous l’assumons depuis plusieurs années maintenant au-delà de toute considération partisane. Dès novembre 2015, c’est ensemble que nous avons adopté mon rapport d'initiative sur la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens européens par des organisations terroristes, qui appelait à une responsabilité pénale des Géants du Net pour la suppression des contenus terroristes en ligne.

Grâce à nos appels continus depuis trois ans, la Commission européenne a finalement publié le 12 septembre 2018 une proposition de règlement demandant aux plateformes Internet de supprimer les contenus terroristes en ligne dans un délai d’une heure après l’injonction d’une autorité compétente, sous peine de sanctions.

Nous devons à présent persévérer, rester vigilant et poursuivre le combat. C’est l’honneur de notre engagement et du Parlement européen de faire aboutir cette législation cruciale avant la fin de cette mandature. Remettre ce dossier à plus tard reviendrait à nous soustraire à nos obligations et donner un signal de faiblesse vis-à-vis des terroristes.

Il y a urgence à agir et les chiffres nous le rappellent. Environ 700 contenus terroristes ont été diffusés pour le seul mois de janvier 2018 par l’organisation de Daech. Près de 150 entreprises ont été signalées par Europol comme hébergeant des contenus terroristes.

Je compte sur le soutien de chacun d’entre vous pour confirmer notre engagement dans la lutte contre le terrorisme. Aux côtés de notre rapporteur Helga STEVENS, adoptons rapidement une législation solide pour une meilleure sécurité en Europe. Nous le devons aux citoyens que nous représentons.

Amicalement,

Rachida DATI


Autres billets d'humeur


Dernière interview


Rachida Dati : "Opposer populistes et progressistes, c’est très dangereux"

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : http://f24.my/youtube En DIRECT - Suivez FRANCE 24 ici : http://f24.my/YTliveFR Ancienne ministre de la justice sous Sarkozy, [...]

Voir toutes les interviews

Dernier communiqué

Déplacement de parlementaires européens en Turquie

24 novembre 2018

Dans le cadre du Forum UE-Turquie, accompagnée d’une délégation de parlementaires européens, nous avons rencontré le Ministre des Affaires étrangères M. Mevlüt Cavusoglu, le Vice-Ministre des Affaires étrangères et Directeur des Affaires européennes M. Faruk Kaymakci, le Vice-Ministre de [...]

Voir tous les communiqués

Dernier article de presse

Interview de Rachida Dati pour Nice Matin

07 mars 2018

Retrouvez mon interview pour le quotidien Nice-Matin suite à la conférence de[...]

Voir tous les articles