Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Billets d'humeur

Les échos de Strasbourg [18 au 21 mai 2015]

Nous étions de retour à Strasbourg la semaine dernière ! Comme à chaque fois, je vous rends compte des textes qui ont été débattus et/ou votés.

Mardi, nous avons notamment voté un texte pour que l’Union européenne soutienne les investissements verts des PME. Cela correspond à un engagement politique commun incarné par le paquet législatif énergie-climat. C’est aussi une opportunité économique à ne pas manquer : les éco-innovations sont des leviers de croissance, de compétitivité et de création d’emplois pour l’avenir.

Mercredi, un débat s’est tenu autour des mesures proposées par la Commission européenne concernant la crise des migrants en Méditerranée. Nous avons ensuite voté sur le texte phare de cette session plénière qui concernait ce que l’on appelle les « minerais de conflits ». Par le vote de ce texte, nous avons franchi une étape importante au Parlement européen concernant l’importation des minerais provenant des zones de conflits armés. J’ai voté en faveur d’une approche contraignante pour toutes les entreprises qui produisent, importent et transforment l’étain, le tantale, le tungstène et l’or. Cette obligation de transparence doit permettre à l’Union européenne d’arrêter de financer, malgré elle par l’achat de minerais, les conflits et les violations des droits de l’homme, notamment en Afrique. Le Parlement peut désormais négocier avec le Conseil avec une position forte et ambitieuse. Malgré la charge administrative qui peut peser sur les entreprises européennes à la suite de notre vote, je reste persuadée que seul un règlement ambitieux nous permettra d’être en cohérence avec nos valeurs. L’Union européenne a ainsi aujourd’hui la possibilité d’être précurseur au niveau mondial en matière de transparence et de responsabilité sociétale dans ses rapports commerciaux avec les zones de conflits.
 
J’étais co-référente pour la délégation française de mon groupe politique sur deux textes portant sur les informations accompagnant les virements de fonds et la prévention de l’utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme. Le Parlement européen a ainsi décidé que les États membres devront tenir des registres centraux contenant des informations sur les propriétaires « effectifs » finaux de sociétés et d’autres entités légales ainsi que de fiducies. Ces mesures doivent aider à lutter contre le financement du terrorisme.

Enfin, jeudi, nous nous sommes prononcés sur la politique de défense européenne. L’Union européenne a un rôle à jouer pour préserver la paix et la sécurité internationale. C’est à la fois un enjeu de visibilité de notre action sur la scène internationale, et de garantie de notre propre sécurité.J’ai voté en faveur de ces trois rapports, qui soulignent une fois de plus l’incohérence d’un discours volontariste qui n’est pas suivi par des moyens concrets permettant de renforcer la politique étrangère et de sécurité commune. Je déplore en effet la réduction des budgets alloués à la défense dans un certain nombre d’États membres. La France ne peut continuer à fournir seule des efforts de défense dont profitent ses partenaires européens. Cela est d’autant plus regrettable que de nombreuses menaces, notamment terroristes, sont aux portes, voire au sein même, de nos territoires. 

Lettre à Jean-Claude Juncker suite aux révélations sur l'usine de La Hague

L'Association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest a récemment révélé que des pâturages à proximité de l'usine de La Hague étaient contaminés par des substances radioactives. À la suite de ces révélations, nous avons décidés, avec ma collègue Michèle Rivasi, d'interpeler le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, sur les mesures que la Commission compte prendre pour renforcer les contrôles concernant les aliments et l'environnement à proximité des sites nucléaires et mettre les exploitants nucléaires de l'Union européenne face à leurs responsabilités.

Retrouvez la lettre que nous lui avons adressé:

Monsieur le Président,

Grâce à la vigilance de la société civile, des mesures ont été réalisées depuis octobre 2016 par l’Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest (ACRO) dans la zone nord-ouest de l’usine de retraitement des déchets AREVA NC de La Hague, en Normandie. Il a été découvert que les champs entourant l'usine sont contaminés au césium, strontium, américium 241 et au plutonium. Concernant le plus radioactif des radioéléments, le plutonium, le niveau de pollution autour de l'usine est 350 fois plus élevé que la concentration la plus forte répertoriée en France. Comment expliquer l'origine de cette pollution? Des analyses sont-elles été effectuées sur l'impact et l'étendue de cette pollution?

L'usine de la Hague étant entourée par de nombreuses exploitations agricoles, ces questions sont d’autant plus importantes. Ces radioéléments se retrouvent dans la nappe phréatique et contaminent les herbages et les abreuvoirs de dizaines d’animaux. Quelles analyses ont été faites pour assurer la sûreté alimentaire ? Est-ce que le lait et la viande de ces animaux ont été analysés ?

En outre, la protection de l’usine Areva de la Hague contre le risque d’explosion est insuffisante selon l’autorité française de sûreté nucléaire (ASN). La lettre de l’ASN datée du 31 juillet 2017 et adressée au directeur de l’usine de retraitement met en avant un risque d’explosion dans les ateliers de purification du plutonium destiné à enrichir le Mox.

Il convient de rappeler que cette usine traite le combustible nucléaire provenant des réacteurs nucléaires de France et une partie de celui provenant des réacteurs d'Allemagne, de Belgique, de Suisse, des Pays-Bas et du Japon. Ce centre abrite donc dans ses piscines de refroidissement la plus forte concentration de matière radioactive en Europe.

Enfin, le nombre d’incidents nucléaires dans les centrales françaises, ne cesse d’augmenter et inquiète de plus en plus nos concitoyens, sans que nos autorités semblent en prendre la mesure.  Nous sommes face à un industriel qui n’est plus dans le contrôle de la sûreté nucléaire. EDF accumule en effet des problèmes sur ses centrales: manque de surveillance et utilisation de matériaux dégradés sur le site de Belleville-sur-Loire, Les réacteurs Fessenheim 2 et Paluel 2 sont actuellement à l’arrêt, incendies à Cattenom et à Fessenheim, etc.

Face à ces risques clairement identifiés et à la récurrence de ces incidents, nous vous demandons, Monsieur le Président, de convoquer urgemment une réunion sur ces dysfonctionnements nucléaire, mais également environnemental et alimentaire. Il est urgent que les autorités de sûreté et sanitaires soient saisies au plus vite afin d’assurer une transparence totale sur les origines et l’impact de cette pollution à la Hague et sur la sûreté du parc nucléaire français.

Monsieur le Président, comment la Commission européenne compte-elle renforcer les contrôles concernant les aliments et l’environnement à proximité des sites nucléaires, ainsi que la sûreté nucléaire dans ses États membres ? Qu’attendons-nous pour mettre les exploitants nucléaires de l’Union européenne face à leurs responsabilités ?

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l'expression de nos respectueuses salutations.

Rachida Dati                                                                                         Michèle Rivasi


Autres billets d'humeur


Dernière interview


Rachida Dati - C politique - 08/03/2015

Rachida Dati - C Politique - 08/03/2015 Caroline Roux reçoit Rachida Dati, politique de premier plan lors d'un face à face. Un portrait de l'invité, dans l'exercice de sa [...]

Voir toutes les interviews

Dernier communiqué

Attaque contre des militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret

09 août 2017

Ce mercredi matin, des militaires de l’opération Sentinelle ont été renversés par une véhicule à Levallois-Perret. Encore un acte lâche et délibéré contre nos forces armées qui, chaque jour, œuvrent pour notre sécurité aux dépens, bien souvent, de la leur.

Voir tous les communiqués

Dernier article de presse

Point de vue de Rachida Dati sur le premier tour des élections présidentielles

26 avril 2017

A la suite du premier tour de l'élection présidentielle française[...]

Voir tous les articles