Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Billets d'humeur

Les échos de Strasbourg [12 au 15 jan. 2015]

Les attentats qui ont frappé la France et les réponses européennes à y apporter ont été au cœur de nos débats à Strasbourg la semaine dernière. Un hommage a été rendu aux victimes lundi, dès l’ouverture de la séance.

Au-delà des réunions officielles organisées, j’ai profité des rencontres informelles que j’avais déjà organisées pour aborder la question de la sécurité. Ce fut le cas notamment avec la Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini qui avait demandé à me voir pour évoquer la question des minorités religieuses dans le Moyen-Orient. Nous avons évidemment abordé cette question et j’ai aussi souhaité l’interpeller une nouvelle fois sur le sort d’Asia Bibi. Mais nous avons également abordé la réponse aux attaques terroristes, notamment dans nos liens avec les pays tiers.

Lors d’un déjeuner de travail que j’avais organisé, mardi dernier, avec une partie des Députés UMP et des Députés du Parti Conservateur britannique, nous avons également convenu de travailler ensemble sur les sujets de sécurité.

Lors des débats dans l’hémicycle, ces questions ont été largement abordées. Un débat a également été organisé, en présence de Federica Mogherini sur la situation dramatique au Nigéria, où des milliers de personnes sont mortes ces derniers jours, lâchement assassinées par le groupe terroriste Boko Haram. Nous avons également fait part de notre vive préoccupation sur la situation en Égypte et en Libye.  

Au niveau législatif, nous avons voté un texte permettant aux États membres d’autoriser, de restreindre ou d’interdire les OGM sur leur territoire. Cet accord n’est pas parfait, car il souligne l’impossibilité de trouver une réponse européenne sur cette question, mais il permet d’instaurer une stabilité juridique, inexistante jusqu’alors. Des pays comme la France vont ainsi pouvoir interdire l’utilisation d’OGM sur leur territoire sans risquer d’être rappelé à l’ordre par la Cour de Justice de l’Union européenne. La législation doit encore être approuvée par les gouvernements avant d’entrer en vigueur.

Mécanisme de suspension : l’Europe met fin à la libéralisation des visas sans condition

En rétablissant un mécanisme plus souple de suspension de l’exemption de visas, l’Union européenne a enfin abandonné sa politique de libéralisation inconditionnelle. Ce mécanisme n’avait jamais été activé depuis 2013 en raison de la rigidité des critères et de la complexité de la procédure.
 
Désormais, la réciprocité n’est plus un vain mot mais s’ancre dans la réalité. En cas de hausse substantielle du nombre de ressortissants d’un pays concerné, du nombre de demandes d’asile infondées ou d’absence de coopération sur les réadmissions, l’UE pourra rétablir l’obligation de visas. Ces restrictions pourront aussi s'appliquer en cas de menaces pour l’ordre public ou la sécurité intérieure liées aux ressortissants des pays tiers concernés.
 
Alors que les discussions actuelles pour de nouvelles libéralisations de visas, notamment avec la Turquie, mais aussi la Géorgie, le Kosovo et l’Ukraine, soulèvent de nombreuses inquiétudes compte tenu des enjeux sécuritaires et migratoires, nous nous devions de garantir la pleine opérabilité du mécanisme.


Autres billets d'humeur


Dernière interview


Interview a la BBC - 100 Women - 28 octobre 2016

Dans le cadre de l'émission "100 Women" de la BBC, je suis revenue sur mon parcours et mes convictions, d'où je viens et les raisons de mon engagement en politique. Retrouvez [...]

Voir toutes les interviews

Dernier communiqué

Lutte contre le terrorisme : des promesses tenues !

16 février 2017

Priorités pour combattre le terrorisme

Communiqué de presse de Rachida Dati et Brice Hortefeux, tous deux membres de la Commission Libertés civiles, justice et affaires intérieures.

Voir tous les communiqués

Dernier article de presse

Interview de Rachida Dati pour The Guardian

29 mars 2017

A l'occasion du déclenchement par le Royaume-Uni de l'Article 50 ce mercredi 29[...]

Voir tous les articles