Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

1er Souk international de l’investissement féminin – Casablanca (26 novembre 2010)

C’est dans le cadre du « Premier souk international de l’investissement féminin » organisé par l’Union des Femmes Investisseurs Arabes  (UFIA)  que je me suis rendue le 26 novembre dernier, à Casablanca (Maroc).
 
J’ai été invitée à m’exprimer lors d’un panel intitulé « Investissement Féminin et Intégration économique » .

J’ai tenu, dans mon intervention, à mettre l’accent sur la place de la femme dans la sphère publique, et sur l’opportunité que nous avions d’apprendre les uns des autres. Il ne s’agissait pas, pour les intervenants venus des pays européens, de venir donner des leçons aux entreprises et pays représentés, mais plutôt d’amorcer un dialogue sur les bonnes pratiques.
 
J’ai été, à ce titre, particulièrement ravie de pouvoir débattre avec Mme Nouzha SKALLI, Ministre marocain du Développement social, de la solidarité et de la famille, ainsi qu’avec Mme Iyom Joséphine ANENIH, Ministre de la femme et des affaires sociales du Nigeria.
 
Au Maroc, Madame SKALLI fait un travail remarquable favorisant l’égalité et l’équité entre les genres. Le Maroc met en place des politiques favorisant notamment l’entrepreunariat des femmes et leur accès au microcrédit.
 
J’ai bien évidemment évoqué la situation en France : des avancées considérables ont pu, naturellement, y être observées depuis 60 ans, mais des lacunes persistent. La France ne se classe, en effet, qu’à la 46ème place (sur 134 pays)[1] en ce qui concerne l’égalité femmes/hommes.
 

L’égalité salariale, en particulier, devra être l’une des priorités en France de la prochaine élection présidentielle. Une véritable prise de conscience collective doit émerger et stimuler un engagement plus important des entreprises. L’écart de salaire horaire entre les hommes et les femmes reste aujourd’hui trop important (d’environ 16% en France et 18% dans l’Union Européenne), pour que nous puissions en parler sans agir plus pleinement encore.
 
L’égalité femmes/hommes, c’est aussi la place accordée aux femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises. Elle demeure encore trop faible. Sur ce point, à Casablanca, j’ai parlé d’une proposition de loi, à l’étude au Parlement français, visant à aller vers un objectif de 40% de femmes dans les conseils d’administration à l’horizon 2017.

Au-delà de la France, l’Europe a un grand rôle à jouer pour réparer les déséquilibres mondiaux, et donc les inégalités entre les femmes et les hommes. L’Union pour la Méditerranée, qui regroupe les 27 Etats membres de l’Union européenne et 16 partenaires méditerranéens doit être un instrument au service de cette cause. Lors de la conférence, nous avons notamment évoqué la Fondation des Femmes pour la Méditerranée, un projet lancé dans le cadre de l’UPM, en novembre 2009.
 
Le droit des femmes, ainsi que la lutte contre toutes les violences faites aux femmes ont toujours été au cœur de mon action politique. Vous pouvez compter sur moi, pour continuer à œuvrer en ce sens, au cours des prochains mois et années, en France, au niveau européen, et au cours de mes prochains déplacements à l’étranger.

[1] Classement établi par le World Economic Forum en octobre 2010


Création du système ECRIS-TCN

La création du système centralisé ECRIS-TCN avant la fin de ce mandat parlementaire européen était l’un de mes combats dans la lutte contre le terrorisme en Europe. Ce système permettra l'échange d’informations sur les casiers judiciaires de tous les citoyens présents dans l'Union européenne, qu'ils soient européens ou non. Nous l’avons voté aujourd’hui au Parlement européen.


Ce dispositif efficace dans la lutte contre le terrorisme était attendu depuis novembre 2015 lorsque je l'ai proposé et fait voter dans le cadre de mon rapport sur la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens européens par des organisations terroristes.


Ce nouveau système ECRIS-TCN permettra ainsi à tous les États membres de connaitre les condamnations des ressortissants de pays tiers et d’apatrides, et de faciliter les enquêtes judiciaires ou toutes autres procédures. L’inclusion des binationaux possédant la nationalité d’un pays tiers et la nationalité d’un État membre dans ce système est également une victoire pour la sécurité des citoyens. Il ne doit y avoir aucune faille exploitable dans nos outils de lutte contre la criminalité et le terrorisme.


Sans relâche jusqu’à la fin de ce mandat, je continuerai d’œuvrer pour une Europe de la sécurité, une Europe qui protège.


Autres communiqués


Dernière interview


Rachida Dati : "Opposer populistes et progressistes, c’est très dangereux"

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : http://f24.my/youtube En DIRECT - Suivez FRANCE 24 ici : http://f24.my/YTliveFR Ancienne ministre de la justice sous Sarkozy, [...]

Voir toutes les interviews

Dernier billet d'humeur

Rencontre avec des étudiants du Lycée Albert de Mun

12 février 2019

Échanges passionnants avec des étudiants en Année Complémentaire Européenne du Lycée Albert de Mun du 7ème arrondissement de Paris que j’ai le plaisir de recevoir au Parlement européen à Strasbourg, afin d'échanger sur l'actualités européenne et mon mandat de [...]

Voir tous les billets d'humeur

Dernier article de presse

Antiterrorisme : Rachida Dati en première ligne au Parlement européen

18 décembre 2018

Le Parlement européen a adopté la semaine dernière le rapport final de la[...]

Voir tous les articles