Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

1er Souk international de l’investissement féminin – Casablanca (26 novembre 2010)

C’est dans le cadre du « Premier souk international de l’investissement féminin » organisé par l’Union des Femmes Investisseurs Arabes  (UFIA)  que je me suis rendue le 26 novembre dernier, à Casablanca (Maroc).
 
J’ai été invitée à m’exprimer lors d’un panel intitulé « Investissement Féminin et Intégration économique » .

J’ai tenu, dans mon intervention, à mettre l’accent sur la place de la femme dans la sphère publique, et sur l’opportunité que nous avions d’apprendre les uns des autres. Il ne s’agissait pas, pour les intervenants venus des pays européens, de venir donner des leçons aux entreprises et pays représentés, mais plutôt d’amorcer un dialogue sur les bonnes pratiques.
 
J’ai été, à ce titre, particulièrement ravie de pouvoir débattre avec Mme Nouzha SKALLI, Ministre marocain du Développement social, de la solidarité et de la famille, ainsi qu’avec Mme Iyom Joséphine ANENIH, Ministre de la femme et des affaires sociales du Nigeria.
 
Au Maroc, Madame SKALLI fait un travail remarquable favorisant l’égalité et l’équité entre les genres. Le Maroc met en place des politiques favorisant notamment l’entrepreunariat des femmes et leur accès au microcrédit.
 
J’ai bien évidemment évoqué la situation en France : des avancées considérables ont pu, naturellement, y être observées depuis 60 ans, mais des lacunes persistent. La France ne se classe, en effet, qu’à la 46ème place (sur 134 pays)[1] en ce qui concerne l’égalité femmes/hommes.
 

L’égalité salariale, en particulier, devra être l’une des priorités en France de la prochaine élection présidentielle. Une véritable prise de conscience collective doit émerger et stimuler un engagement plus important des entreprises. L’écart de salaire horaire entre les hommes et les femmes reste aujourd’hui trop important (d’environ 16% en France et 18% dans l’Union Européenne), pour que nous puissions en parler sans agir plus pleinement encore.
 
L’égalité femmes/hommes, c’est aussi la place accordée aux femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises. Elle demeure encore trop faible. Sur ce point, à Casablanca, j’ai parlé d’une proposition de loi, à l’étude au Parlement français, visant à aller vers un objectif de 40% de femmes dans les conseils d’administration à l’horizon 2017.

Au-delà de la France, l’Europe a un grand rôle à jouer pour réparer les déséquilibres mondiaux, et donc les inégalités entre les femmes et les hommes. L’Union pour la Méditerranée, qui regroupe les 27 Etats membres de l’Union européenne et 16 partenaires méditerranéens doit être un instrument au service de cette cause. Lors de la conférence, nous avons notamment évoqué la Fondation des Femmes pour la Méditerranée, un projet lancé dans le cadre de l’UPM, en novembre 2009.
 
Le droit des femmes, ainsi que la lutte contre toutes les violences faites aux femmes ont toujours été au cœur de mon action politique. Vous pouvez compter sur moi, pour continuer à œuvrer en ce sens, au cours des prochains mois et années, en France, au niveau européen, et au cours de mes prochains déplacements à l’étranger.

[1] Classement établi par le World Economic Forum en octobre 2010


Lutte contre le terrorisme : des promesses tenues !

Priorités pour combattre le terrorisme

Communiqué de presse de Rachida Dati et Brice Hortefeux, tous deux membres de la Commission Libertés civiles, justice et affaires intérieures.

"Ce sont deux nouvelles mesures promises en matière de sécurité qui se concrétisent aujourd’hui en session plénière à Strasbourg", se sont félicités Rachida Dati et Brice Hortefeux. Un peu plus d’un an après l’adoption du rapport de Rachida Dati sur la prévention de la radicalisation et le recrutement de citoyens européens par des organisations terroristes, le Parlement européen vient d’autoriser les contrôles systématiques aux frontières extérieures de l’Union européenne pour tout individu européen ou extra-européen qui les franchit, ainsi qu’une directive sur la lutte contre le terrorisme.

"La directive sur la lutte contre le terrorisme permettra la mise en place de normes communes pour la définition des infractions et des sanctions pour des actes terroristes. Elle adresse une réponse de justice pénale forte et adaptée à la menace sécuritaire. Nous ne pouvons que saluer les dispositions qui y ont été intégrées grâce au travail du Groupe PPE, pour lutter contre les contenus terroristes en ligne, pour renforcer l’échange d’informations entre les États membres et pour mettre en place des mesures de soutien, d’assistance et de protection pour les victimes du terrorisme.

La mise en place de contrôles renforcés à toutes les frontières extérieures de l’Union qu'elles soient terrestres, maritimes ou aériennes, est également indispensable à l'identification, la détection et au suivi des personnes surveillées. La consultation des bases de données pertinentes (notamment le Système d’Information Schengen et le système d’information d’Europol) était une de nos revendications prioritaires depuis de nombreuses années", se réjouissent les deux députés.

"Pour autant, nous ne nous arrêterons pas à ces succès. Les réussites d’aujourd’hui ne doivent pas masquer les faiblesses réelles qui demeurent dans notre politique de lutte contre le terrorisme. Nous connaissons nos failles : nos efforts doivent sans plus attendre porter sur l’élaboration d’une réelle stratégie européenne de prévention de la radicalisation. L'actualité nous prouve que la gestion des éléments radicalisés, les programmes mis en place, ne sont pas toujours à la hauteur des défis considérables que sont l'extrémisme et l'obscurantisme", ont conclu Rachida Dati et Brice Hortefeux.


Autres communiqués


Dernière interview


Interview a la BBC - 100 Women - 28 octobre 2016

Dans le cadre de l'émission "100 Women" de la BBC, je suis revenue sur mon parcours et mes convictions, d'où je viens et les raisons de mon engagement en politique. Retrouvez [...]

Voir toutes les interviews

Dernier billet d'humeur

Mécanisme de suspension : l’Europe met fin à la libéralisation des visas sans condition

15 décembre 2016

En rétablissant un mécanisme plus souple de suspension de l’exemption de visas, l’Union européenne a enfin abandonné sa politique de libéralisation inconditionnelle. Ce mécanisme n’avait jamais été activé depuis 2013 en raison de la rigidité des critères et de la complexité [...]

Voir tous les billets d'humeur

Dernier article de presse

Interview de Rachida Dati pour The Guardian

29 mars 2017

A l'occasion du déclenchement par le Royaume-Uni de l'Article 50 ce mercredi 29[...]

Voir tous les articles