Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

1er Souk international de l’investissement féminin – Casablanca (26 novembre 2010)

C’est dans le cadre du « Premier souk international de l’investissement féminin » organisé par l’Union des Femmes Investisseurs Arabes  (UFIA)  que je me suis rendue le 26 novembre dernier, à Casablanca (Maroc).
 
J’ai été invitée à m’exprimer lors d’un panel intitulé « Investissement Féminin et Intégration économique » .

J’ai tenu, dans mon intervention, à mettre l’accent sur la place de la femme dans la sphère publique, et sur l’opportunité que nous avions d’apprendre les uns des autres. Il ne s’agissait pas, pour les intervenants venus des pays européens, de venir donner des leçons aux entreprises et pays représentés, mais plutôt d’amorcer un dialogue sur les bonnes pratiques.
 
J’ai été, à ce titre, particulièrement ravie de pouvoir débattre avec Mme Nouzha SKALLI, Ministre marocain du Développement social, de la solidarité et de la famille, ainsi qu’avec Mme Iyom Joséphine ANENIH, Ministre de la femme et des affaires sociales du Nigeria.
 
Au Maroc, Madame SKALLI fait un travail remarquable favorisant l’égalité et l’équité entre les genres. Le Maroc met en place des politiques favorisant notamment l’entrepreunariat des femmes et leur accès au microcrédit.
 
J’ai bien évidemment évoqué la situation en France : des avancées considérables ont pu, naturellement, y être observées depuis 60 ans, mais des lacunes persistent. La France ne se classe, en effet, qu’à la 46ème place (sur 134 pays)[1] en ce qui concerne l’égalité femmes/hommes.
 

L’égalité salariale, en particulier, devra être l’une des priorités en France de la prochaine élection présidentielle. Une véritable prise de conscience collective doit émerger et stimuler un engagement plus important des entreprises. L’écart de salaire horaire entre les hommes et les femmes reste aujourd’hui trop important (d’environ 16% en France et 18% dans l’Union Européenne), pour que nous puissions en parler sans agir plus pleinement encore.
 
L’égalité femmes/hommes, c’est aussi la place accordée aux femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises. Elle demeure encore trop faible. Sur ce point, à Casablanca, j’ai parlé d’une proposition de loi, à l’étude au Parlement français, visant à aller vers un objectif de 40% de femmes dans les conseils d’administration à l’horizon 2017.

Au-delà de la France, l’Europe a un grand rôle à jouer pour réparer les déséquilibres mondiaux, et donc les inégalités entre les femmes et les hommes. L’Union pour la Méditerranée, qui regroupe les 27 Etats membres de l’Union européenne et 16 partenaires méditerranéens doit être un instrument au service de cette cause. Lors de la conférence, nous avons notamment évoqué la Fondation des Femmes pour la Méditerranée, un projet lancé dans le cadre de l’UPM, en novembre 2009.
 
Le droit des femmes, ainsi que la lutte contre toutes les violences faites aux femmes ont toujours été au cœur de mon action politique. Vous pouvez compter sur moi, pour continuer à œuvrer en ce sens, au cours des prochains mois et années, en France, au niveau européen, et au cours de mes prochains déplacements à l’étranger.

[1] Classement établi par le World Economic Forum en octobre 2010


Prisons en Europe : il faut des actions concrètes !

Les actes terroristes incessants nous renvoient à notre échec face à la montée de la radicalisation en Europe. Dans chaque État membre, les causes de la radicalisation n’ont pas été comprises et elles ne sont toujours pas traitées ! Cela fait pourtant des années que je dénonce la montée de la radicalisation sur Internet et dans les prisons. J'ai fait voter, au Parlement européen en novembre 2015, la responsabilité pénale des Géants du Net, les obligeant à supprimer les contenus à caractère terroriste. Mais les prisons restent encore trop souvent les grandes oubliées de nos gouvernements, comme en atteste le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté aujourd’hui par le gouvernement français.

L’adoption, aujourd’hui en commission parlementaire des Libertés civiles, du rapport sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons de l'Union européenne est un rappel vital envoyé aux États membres pour qu’ils cessent de fermer les yeux sur des prisons européennes, au bord de l’implosion. Le constat est alarmant : plus d’un tiers des États membres peinent à trouver des solutions face à des prisons surpeuplées, à une violence et une radicalisation grandissantes. La France est parmi les plus mauvais élèves.

La prévention de la radicalisation, la lutte contre la récidive, l’accès à la formation en prison sont autant d'enjeux cruciaux qui nécessitent des actions concrètes et urgentes. Les peines alternatives, l’aménagement des peines courtes sont des mesures efficaces pour la réinsertion et la lutte contre la récidive. Ce sont les clés de notre sécurité!


Autres communiqués


Dernière interview


Rachida Dati - C politique - 08/03/2015

Rachida Dati - C Politique - 08/03/2015 Caroline Roux reçoit Rachida Dati, politique de premier plan lors d'un face à face. Un portrait de l'invité, dans l'exercice de sa [...]

Voir toutes les interviews

Dernier billet d'humeur

Mécanisme de suspension : l’Europe met fin à la libéralisation des visas sans condition

15 décembre 2016

En rétablissant un mécanisme plus souple de suspension de l’exemption de visas, l’Union européenne a enfin abandonné sa politique de libéralisation inconditionnelle. Ce mécanisme n’avait jamais été activé depuis 2013 en raison de la rigidité des critères et de la complexité [...]

Voir tous les billets d'humeur

Dernier article de presse

Point de vue de Rachida Dati sur le premier tour des élections présidentielles

26 avril 2017

A la suite du premier tour de l'élection présidentielle française[...]

Voir tous les articles