Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

Attentat survenu à Londres

Pour la troisième fois en trois mois, le terrorisme a encore frappé le Royaume-Uni. Si nos pensées sont d'abord pour les victimes et leurs familles, notre responsabilité est de rappeler les mesures qui nous permettront d'agir et de lutter efficacement contre le terrorisme, même si le risque zéro n'existera jamais. Cette attaque barbare n'est pas le fruit d'un loup solitaire, et les réseaux sociaux continuent d'alimenter une spirale toujours plus meurtrière. L'apologie du terrorisme souvent diffusée par Internet devient le point de contact des barbares inspirés par la haine. 

La Première Ministre Theresa May a annoncé hier vouloir revoir la stratégie de lutte contre le terrorisme et conclure des accords internationaux sur la régulation du cyberespace, en écho à l'appel lancé par les pays du G7 pour un meilleur contrôle de la diffusion des contenus radicaux. Faut-il toujours attendre que le pire arrive pour l'annoncer, sans jamais passer à l'acte ? 

Cette mesure n'est toujours pas mise en place, alors qu'en novembre 2015 au Parlement européen la responsabilité pénale des géants du net en cas de non-coopération dans la lutte contre le terrorisme a été votée, dans le cadre d'un rapport sur la prévention de la radicalisation. Il est urgent que les gouvernements européens prennent concrètement leur responsabilités en mettant en oeuvre cette mesure ! Ne pas le faire, c'est être complice de l'actuel silence mortel des géants du net !

Il est urgent également de combattre le communautarisme que nous avons laissé prospérer au nom de la liberté, comme pour internet. Nos valeurs de liberté et de tolérance doivent être un bouclier, pas le couteau qui nous est planté lâchement dans le dos. 

 


Déplacement de parlementaires européens en Turquie

Dans le cadre du Forum UE-Turquie, accompagnée d’une délégation de parlementaires européens, nous avons rencontré le Ministre des Affaires étrangères M. Mevlüt Cavusoglu, le Vice-Ministre des Affaires étrangères et Directeur des Affaires européennes M. Faruk Kaymakci, le Vice-Ministre de la Justice M. Cengiz Öner, le Co-Président du comité parlementaire mixte Turquie - UE M. Ismail Emrah Karayel, et des députés de la Grande Assemblée Nationale de Turquie pour évoquer la mise en œuvre du pacte migratoire, le contrôle des frontières turco-syriennes, et la lutte contre le terrorisme.

Des avancées notoires dans le domaine de la coopération des services de renseignements UE-Turquie permettent d’une part une meilleure maîtrise des flux migratoires et d’autre part de déjouer des attentats sur le territoire européen.

La Turquie est un partenaire incontournable et stratégique pour l’Union européenne pour une plus grande stabilité de la région, jusqu’au Proche et Moyen-Orient.

La Turquie accueille sur son territoire plus de 4 millions de réfugiés dont 3.5 millions de syriens – plus grande population de réfugiés au monde, évitant ainsi des arrivées massives dans l’UE.

Négliger la Turquie serait négliger notre sécurité et fracturer davantage l’Europe, en proie à des menaces réelles et des exaspérations légitimes des citoyens européens.

 

 

 

 


Autres communiqués


Dernière interview


Rachida Dati : "Opposer populistes et progressistes, c’est très dangereux"

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : http://f24.my/youtube En DIRECT - Suivez FRANCE 24 ici : http://f24.my/YTliveFR Ancienne ministre de la justice sous Sarkozy, [...]

Voir toutes les interviews


Dernier article de presse

Interview de Rachida Dati pour Nice Matin

07 mars 2018

Retrouvez mon interview pour le quotidien Nice-Matin suite à la conférence de[...]

Voir tous les articles