Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

Déplacement à Istanbul (21 et 22 mai 2010)

À l’invitation de Madame Erdogan, l’épouse du Premier Ministre turc, je me suis rendue à Istanbul, les 21 et 22 mai dernier. Le programme de mon déplacement s’est articulé autour de plusieurs thématiques : l’Union européenne, la réforme constitutionnelle turque, et la place des femmes dans la société.
 
Le 21 mai, j’ai donné une conférence à l’Université Galatasaray, établissement francophone, sur le thème de la réforme du système judiciaire en France.
 
Cette rencontre a été aussi l’occasion d’aborder le partenariat que nos deux pays entretiennent, mais également la réforme constitutionnelle souhaitée par le gouvernement Erdogan. Cette réforme, adoptée par le Parlement turc, sera soumise à referendum le 12 septembre prochain.
 
Cette révision permettra notamment :

  • la modification de la composition du Conseil supérieur des juges et des procureurs (équivalent du Conseil Supérieur de la Magistrature en France).
  • l’augmentation du nombre de juges à la Cour Constitutionnelle.
  • la limitation de la juridiction des tribunaux militaires en autorisant les tribunaux civils à juger des militaires.

À la suite de cette conférence, je me suis entretenue avec M. Egemen Bağış, Ministre d’Etat et Négociateur en Chef avec l’Union européenne. Au cours de cet entretien, nous avons échangé sur le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.


 
Le lendemain, j’ai visité les locaux de l’association des femmes entrepreneurs de Turquie (KAGIDER), en compagnie de sa Présidente, Mme Gülseren Onanç.
 
Fondée en 2002 par 37 femmes chefs d’entreprises, KAGIDER compte aujourd’hui 182 membres et promeut la place des femmes dans la société et dans les entreprises. Cette association a également ouvert un bureau à Bruxelles en 2008 pour promouvoir l’égalité des sexes dans l’Union européenne.
 
Enfin, ma visite s’est terminée par un déjeuner avec Madame Erdogan.

 


Prisons en Europe : il faut des actions concrètes !

Les actes terroristes incessants nous renvoient à notre échec face à la montée de la radicalisation en Europe. Dans chaque État membre, les causes de la radicalisation n’ont pas été comprises et elles ne sont toujours pas traitées ! Cela fait pourtant des années que je dénonce la montée de la radicalisation sur Internet et dans les prisons. J'ai fait voter, au Parlement européen en novembre 2015, la responsabilité pénale des Géants du Net, les obligeant à supprimer les contenus à caractère terroriste. Mais les prisons restent encore trop souvent les grandes oubliées de nos gouvernements, comme en atteste le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté aujourd’hui par le gouvernement français.

L’adoption, aujourd’hui en commission parlementaire des Libertés civiles, du rapport sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons de l'Union européenne est un rappel vital envoyé aux États membres pour qu’ils cessent de fermer les yeux sur des prisons européennes, au bord de l’implosion. Le constat est alarmant : plus d’un tiers des États membres peinent à trouver des solutions face à des prisons surpeuplées, à une violence et une radicalisation grandissantes. La France est parmi les plus mauvais élèves.

La prévention de la radicalisation, la lutte contre la récidive, l’accès à la formation en prison sont autant d'enjeux cruciaux qui nécessitent des actions concrètes et urgentes. Les peines alternatives, l’aménagement des peines courtes sont des mesures efficaces pour la réinsertion et la lutte contre la récidive. Ce sont les clés de notre sécurité!


Autres communiqués


Dernière interview


Rachida Dati - C politique - 08/03/2015

Rachida Dati - C Politique - 08/03/2015 Caroline Roux reçoit Rachida Dati, politique de premier plan lors d'un face à face. Un portrait de l'invité, dans l'exercice de sa [...]

Voir toutes les interviews

Dernier billet d'humeur

Mécanisme de suspension : l’Europe met fin à la libéralisation des visas sans condition

15 décembre 2016

En rétablissant un mécanisme plus souple de suspension de l’exemption de visas, l’Union européenne a enfin abandonné sa politique de libéralisation inconditionnelle. Ce mécanisme n’avait jamais été activé depuis 2013 en raison de la rigidité des critères et de la complexité [...]

Voir tous les billets d'humeur

Dernier article de presse

Point de vue de Rachida Dati sur le premier tour des élections présidentielles

26 avril 2017

A la suite du premier tour de l'élection présidentielle française[...]

Voir tous les articles