Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

DEPLACEMENT AU CENTRE PENITENTIAIRE DE PERPIGNAN

Le soutien au personnel pénitentiaire est un devoir et une obligation. Les Français le comprennent car l'administration pénitentiaire est l’ultime protection des citoyens face à une délinquance et une radicalisation de plus en plus meurtrière.

Mon combat et mon soutien en faveur des personnels sont anciens. Ils viennent de loin, de mon expérience en tant que magistrat, de mon expérience de Garde des Sceaux. Et toutes mes initiatives et propositions en tant que député européen sont allées dans le sens de leur soutien.

L’attentisme ou le refus d'une véritable négociation ne sont pas une réponse aux défis auxquels sont confrontés en premier lieu les personnels.

Aujourd’hui, la situation atteint un seuil critique. Ne pas répondre aux revendications, c'est prendre le risque de dégrader notre sécurité au quotidien car nous avons besoin des personnels pour mettre à l’écart des criminels dangereux et des individus qui en liberté ou évadés menaceraient notre société et nos valeurs.

L’exaspération, la démotivation et la pression conduisent à ce que les personnels pénitentiaires soient débordés par les détenus les plus dangereux. On le voit d’ailleurs, puisqu'ils profitent déjà de la mobilisation légitime des surveillants pour perpétrer des agressions et mutineries.

Que ceux qui ont été si prompts à défendre les conditions de détention et la défense des droits fondamentaux des détenus n’oublient pas les conditions de travail toujours plus difficiles des personnels pénitentiaires qui risquent désormais leur vie. Le respect des droits, doit d'abord concerner ceux qui nous aident à maintenir un État de droit. C'est la mission noble des personnels pénitentiaires.


Déplacement de parlementaires européens en Turquie

Dans le cadre du Forum UE-Turquie, accompagnée d’une délégation de parlementaires européens, nous avons rencontré le Ministre des Affaires étrangères M. Mevlüt Cavusoglu, le Vice-Ministre des Affaires étrangères et Directeur des Affaires européennes M. Faruk Kaymakci, le Vice-Ministre de la Justice M. Cengiz Öner, le Co-Président du comité parlementaire mixte Turquie - UE M. Ismail Emrah Karayel, et des députés de la Grande Assemblée Nationale de Turquie pour évoquer la mise en œuvre du pacte migratoire, le contrôle des frontières turco-syriennes, et la lutte contre le terrorisme.

Des avancées notoires dans le domaine de la coopération des services de renseignements UE-Turquie permettent d’une part une meilleure maîtrise des flux migratoires et d’autre part de déjouer des attentats sur le territoire européen.

La Turquie est un partenaire incontournable et stratégique pour l’Union européenne pour une plus grande stabilité de la région, jusqu’au Proche et Moyen-Orient.

La Turquie accueille sur son territoire plus de 4 millions de réfugiés dont 3.5 millions de syriens – plus grande population de réfugiés au monde, évitant ainsi des arrivées massives dans l’UE.

Négliger la Turquie serait négliger notre sécurité et fracturer davantage l’Europe, en proie à des menaces réelles et des exaspérations légitimes des citoyens européens.

 

 

 

 


Autres communiqués


Dernière interview


Rachida Dati : "Opposer populistes et progressistes, c’est très dangereux"

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : http://f24.my/youtube En DIRECT - Suivez FRANCE 24 ici : http://f24.my/YTliveFR Ancienne ministre de la justice sous Sarkozy, [...]

Voir toutes les interviews


Dernier article de presse

Interview de Rachida Dati pour Nice Matin

07 mars 2018

Retrouvez mon interview pour le quotidien Nice-Matin suite à la conférence de[...]

Voir tous les articles