Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

Oui à l’Europe qui protège, non à l’Europe qui renonce !

L’ouverture des négociations pour un accord commercial avec les Etats-Unis est une chance pour les Européens. Nous avons tout à gagner à renforcer des échanges transatlantiques générateurs de croissance et d’emplois. Mais un tel accord n’est une chance que si l’Europe arrive à faire prévaloir les intérêts de tous les Européens dans la négociation qui débute.

Au Parlement européen, nous avons souhaité faire entendre une position claire sur ces négociations: nous voulons qu’un accord soit conclu avec les Etats-Unis. Mais nous ne voulons pas que cet accord se traduise par une perte de compétitivité pour des secteurs clés de notre économie, et par des destructions d’emplois. J’ai par exemple réclamé pendant l’élaboration de notre résolution une vigilance particulière pour le secteur agricole, et j’ai pour cela interpellé directement le Commissaire européen à l’agriculture : il est indispensable de protéger nos agriculteurs et préserver la qualité de nos produits.

Nous nous sommes aussi exprimés en faveur de l’exclusion du secteur audiovisuel du mandat de négociation. Nous ne pouvons pas transiger avec ce qui fait l’identité européenne, sa diversité et sa richesse culturelles. C’est la raison pour laquelle j’ai mis en garde contre l’accord trouvé par les Etats membres de l’Union. La France a défendu la position du Parlement pour que le secteur audiovisuel soit exclu des négociations. Mais la victoire annoncée est en réalité tronquée, puisque le compromis comprend la possibilité d’introduire le secteur audiovisuel plus tard dans les négociations.

Cette volonté d’inclure à tout prix le secteur audiovisuel dans l’accord illustre le décalage grandissant entre l’Europe que nous construisons et celle que réclament les Européens. J’ai dénoncé le comportement de Monsieur Barroso en des termes très clairs lorsqu’il a reçu les artistes avec mépris au Parlement européen. Je considère qu’il n’incarne pas une ambition pour l’Europe, ni ne défend ce qui fait sens pour les Européens. Que n’a-t-on pas critiqué ma position ! Même dans ma famille politique, des voix se sont élevées pour me reprocher mon franc-parler et défendre le Président de la Commission européenne. Pourtant, tous se sont ralliés à ma position, de gauche à droite, lorsque les positions de Monsieur Barroso sont devenues plus claires.

Cette incompréhension entre la technocratie bruxelloise et les aspirations des Européens est le symbole du mal dont souffre l’Europe actuellement. Ce mal, c’est celui d’une Europe qui n’est plus en phase avec la réalité des Européens et qui s’accroche à des dogmes politiques dépassés. C’est celui d’une Europe qui renonce à ses prérogatives essentielles pour céder devant les égoïsmes nationaux. Nous le voyons encore avec l’aff aire PRISM : les Etats ont été incapables de trouver une position commune pour demander des explications aux Etats-Unis. Ce n’est pas l’Europe que je veux, ni celle que les Européens attendent. Je veux une Europe qui protège et qui met les Européens au cœur de son action. C’est tout le sens de mon engagement européen.


Déplacement de parlementaires européens en Turquie

Dans le cadre du Forum UE-Turquie, accompagnée d’une délégation de parlementaires européens, nous avons rencontré le Ministre des Affaires étrangères M. Mevlüt Cavusoglu, le Vice-Ministre des Affaires étrangères et Directeur des Affaires européennes M. Faruk Kaymakci, le Vice-Ministre de la Justice M. Cengiz Öner, le Co-Président du comité parlementaire mixte Turquie - UE M. Ismail Emrah Karayel, et des députés de la Grande Assemblée Nationale de Turquie pour évoquer la mise en œuvre du pacte migratoire, le contrôle des frontières turco-syriennes, et la lutte contre le terrorisme.

Des avancées notoires dans le domaine de la coopération des services de renseignements UE-Turquie permettent d’une part une meilleure maîtrise des flux migratoires et d’autre part de déjouer des attentats sur le territoire européen.

La Turquie est un partenaire incontournable et stratégique pour l’Union européenne pour une plus grande stabilité de la région, jusqu’au Proche et Moyen-Orient.

La Turquie accueille sur son territoire plus de 4 millions de réfugiés dont 3.5 millions de syriens – plus grande population de réfugiés au monde, évitant ainsi des arrivées massives dans l’UE.

Négliger la Turquie serait négliger notre sécurité et fracturer davantage l’Europe, en proie à des menaces réelles et des exaspérations légitimes des citoyens européens.

 

 

 

 


Autres communiqués


Dernière interview


Rachida Dati : "Opposer populistes et progressistes, c’est très dangereux"

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : http://f24.my/youtube En DIRECT - Suivez FRANCE 24 ici : http://f24.my/YTliveFR Ancienne ministre de la justice sous Sarkozy, [...]

Voir toutes les interviews


Dernier article de presse

Interview de Rachida Dati pour Nice Matin

07 mars 2018

Retrouvez mon interview pour le quotidien Nice-Matin suite à la conférence de[...]

Voir tous les articles