Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

Déplacement à Tripoli (17 – 18 juillet 2012)

Je me suis rendue en Libye les 17 et 18 juillet dernier à l’invitation des autorités libyennes, afin de rencontrer et soutenir des femmes engagées dans la vie politique du pays, et de promouvoir la création d’un partenariat entre Paris et Tripoli.
 
J’ai eu l’honneur de rencontrer des femmes candidates aux élections législatives, ainsi que des femmes qui se sont engagées dans la révolution. J’ai été très touchée d’entendre leur histoire, de constater leur détermination et leur volonté de peser sur la reconstruction et la stabilisation de la Libye. Certaines d’entre elles ont milité et militent encore au péril de leur vie. C’est un engagement politique désintéressé et noble, que nous devons soutenir.
 
J’ai aussi pu m’entretenir avec Madame Fatma Hamrouch, Ministre de la Santé. Cette femme courageuse a organisé le rapatriement des blessés en Irlande pendant la révolution. Elle s’attache aujourd’hui à reconstruire le système médical libyen.


 
Mon déplacement avait également pour but de revoir le Maire et les autorités locales de Tripoli que j’avais accueillis quelques semaines plus tôt à Paris. Nous discutons actuellement d’un possible partenariat de coopération entre nos deux capitales. C’est dans ce même but que j’ai rencontré le Ministre des collectivités locales, Mohammed Al Hachmi Al Ahrari et le Préfet de police de Tripoli  pour envisager ensemble quels pourraient être les axes d’une telle coopération.
 
Les nouvelles autorités ont fait un travail remarquable en peu de temps et ont de grandes ambitions pour leur ville et leur pays, notamment celle de développer à terme le tourisme et les échanges culturels. Tripoli dispose d’un patrimoine très riche qui gagne à être connu.
 
La démocratie comme la sécurité progressent rapidement en Libye, comme l’a démontré la très bonne tenue des dernières élections législatives. D’ailleurs, les résultats ont été proclamés lorsque j’étais à Tripoli, et j’ai été particulièrement satisfaite d’apprendre que 16% de femmes feront leur entrée au Parlement libyen. Les femmes, comme les jeunes, ont souvent été des pionnières pour libérer le peuple libyen : elles ont nécessairement toute leur place dans la reconstruction démocratique du pays.
 
Je reviendrai très vite en Libye, revoir ces femmes, ces hommes courageux, revoir les nouvelles autorités qui demandent de la France et de l’Europe un accompagnent dans leurs réformes. Avant d’être un devoir, c’est pour moi un honneur de pouvoir continuer à leur apporter, modestement, tout mon soutien.  


Mise au vote du rapport sur la lutte contre la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne en séance plénière à Strasbourg

Les députés européens se prononçaient hier à Strasbourg sur le règlement pour lutter contre la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne et leur retrait dans un délai d'une heure.

À cause de l’incohérence des stratégies de vote des autres groupes politiques, ce texte a été affaibli par des amendements déposés par les socialistes et soutenus par les groupes de gauche (GUE, Verts).

La députée européenne Rachida Dati, rapporteur PPE, a rappelé sa position très ferme pour défendre le délai d’une heure pour retirer les contenus terroristes signalés par les autorités compétentes : « Ce délai d'une heure a été supprimé du document destiné aux entreprises. Outre le refus du retrait dans un délai d'une heure, ce texte est aussi privé de dispositions essentielles telle que la création d'une procédure de coopération transfrontalière efficace afin que les contenus terroristes puissent être supprimés sur tout le territoire de l'Union. De même, la procédure des signalements pour avertir de la présence de contenus terroristes en ligne sur les plateformes a été rejetée. Aussi les entreprises n'ont aucune obligation de détection et de suppression par elles même des contenus terroristes. 

Le résultat final sur ce texte est donc incompréhensible pour les citoyens européens que nous avons le devoir de protéger, comme pour les autorités de nos États membres. L’incohérence de la gauche, qui joue avec la sécurité des citoyens, est irresponsable et dangereuse pour la cohésion de nos sociétés ! C'est un mépris total des victimes du terrorisme ! »

Ce mandat parlementaire s’achève comme il avait commencé pour la gauche, du PNR aux contenus terroristes en passant par les contrôles aux frontières extérieures de l’Union : dans l’incohérence et le laxisme les plus graves.


Autres communiqués


Dernière interview


1 hour rule to remove online terror content

European authorities could force websites to remove online terrorist content within the hour under a proposed law approved in the European Parliament’s Civil Liberties, Justice [...]

Voir toutes les interviews

Dernier billet d'humeur

Conférence à l'ESCP Europe

25 mars 2019

J'étais mercredi 20 mars avec les élèves de l'ESCP Europe à Paris, reçue par l'association Tribunes ESCP, pour échanger sur l'impact de l'Union européenne dans la vie des jeunes générations et revenir sur les actions importantes de mon mandat de Député européen. Alors que [...]

Voir tous les billets d'humeur

Dernier article de presse

Antiterrorisme : Rachida Dati en première ligne au Parlement européen

18 décembre 2018

Le Parlement européen a adopté la semaine dernière le rapport final de la[...]

Voir tous les articles