Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

Redonnons souffle à l'Union pour la Méditerrannée !

Alors que les pays du pourtour de la Méditerranée se réunissaient à Tanger mercredi 7 octobre, ils ont déclaré vouloir renforcer la coopération dans des domaines urgents comme le terrorisme, l’immigration, le climat.

Ces défis sont communs à l’ensemble des pays de cette région : de l’Afrique à l’Union européenne. L’actualité dramatique récente impose cette rencontre et démontre la nécessité de relancer l’Union Pour la Méditerranée, initiée avec vision et ambition par Nicolas Sarkozy en 2008.

La crise migratoire, le terrorisme et la radicalisation sont des défis pour l’ensemble de nos pays, et en particulier pour ceux du pourtour de la Méditerranée.

La création aux frontières de l’Union européenne de centres de rétention, de centres d’accueil pour les réfugiés, l’établissement d’une liste de pays sûrs, ne pourra se faire que grâce à cette Union Pour la Méditerranée.

Redonnons souffle Le défi climatique, enfin, nous incite à innover en matière d’énergie. Le Maroc, dans cette matière, comme dans tous les défis mentionnés, est pionnier et a su démontrer son leadership.

La tenue au Maroc lundi 5 octobre des négociations entre les deux camps rivaux en Libye qui a abouti à un accord pour la mise en place d’un gouvernement d’unité nationale démontre également le rôle stratégique du Maroc pour la stabilité et l’avenir de cette région. Tout comme le couple franco allemand a été à la base de la construction européenne et en demeure le moteur, la France et le Maroc ont vocation à s’unir davantage afin de redonner vie à l’Union Pour la Méditerranée, pour la stabilité de la région et pour résoudre ces conflits graves à conséquences mondiales.

L’impulsion créée par la réunion de Tanger est une chance à saisir pour notre sécurité et notre liberté, ces valeurs universelles qui vont bien au delà de nos seules frontières.


Prisons en Europe : il faut des actions concrètes !

Les actes terroristes incessants nous renvoient à notre échec face à la montée de la radicalisation en Europe. Dans chaque État membre, les causes de la radicalisation n’ont pas été comprises et elles ne sont toujours pas traitées ! Cela fait pourtant des années que je dénonce la montée de la radicalisation sur Internet et dans les prisons. J'ai fait voter, au Parlement européen en novembre 2015, la responsabilité pénale des Géants du Net, les obligeant à supprimer les contenus à caractère terroriste. Mais les prisons restent encore trop souvent les grandes oubliées de nos gouvernements, comme en atteste le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté aujourd’hui par le gouvernement français.

L’adoption, aujourd’hui en commission parlementaire des Libertés civiles, du rapport sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons de l'Union européenne est un rappel vital envoyé aux États membres pour qu’ils cessent de fermer les yeux sur des prisons européennes, au bord de l’implosion. Le constat est alarmant : plus d’un tiers des États membres peinent à trouver des solutions face à des prisons surpeuplées, à une violence et une radicalisation grandissantes. La France est parmi les plus mauvais élèves.

La prévention de la radicalisation, la lutte contre la récidive, l’accès à la formation en prison sont autant d'enjeux cruciaux qui nécessitent des actions concrètes et urgentes. Les peines alternatives, l’aménagement des peines courtes sont des mesures efficaces pour la réinsertion et la lutte contre la récidive. Ce sont les clés de notre sécurité!


Autres communiqués


Dernière interview


Rachida Dati - C politique - 08/03/2015

Rachida Dati - C Politique - 08/03/2015 Caroline Roux reçoit Rachida Dati, politique de premier plan lors d'un face à face. Un portrait de l'invité, dans l'exercice de sa [...]

Voir toutes les interviews

Dernier billet d'humeur

Mécanisme de suspension : l’Europe met fin à la libéralisation des visas sans condition

15 décembre 2016

En rétablissant un mécanisme plus souple de suspension de l’exemption de visas, l’Union européenne a enfin abandonné sa politique de libéralisation inconditionnelle. Ce mécanisme n’avait jamais été activé depuis 2013 en raison de la rigidité des critères et de la complexité [...]

Voir tous les billets d'humeur

Dernier article de presse

Point de vue de Rachida Dati sur le premier tour des élections présidentielles

26 avril 2017

A la suite du premier tour de l'élection présidentielle française[...]

Voir tous les articles