Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

Nouvelle mandature

Une nouvelle mandature a commencé. Alors que les auditions des commissaires-désignés sont en cours, n’oublions pas les revendications des peuples européens, leur colère, le 25 mai dernier ! C’est l’occasion d’un renouveau, d’une nouvelle façon de gouverner au niveau européen. La nouvelle Commission, le nouveau Président du Conseil, la nouvelle Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité doivent avoir une feuille de route claire, audacieuse et s’y tenir.

Une des principales propositions que nous avons défendues concernait la ré- forme de Schengen. Il faut pouvoir, et nous nous y sommes engagés pendant la campagne, sanctionner, suspendre ou même exclure un État ne respectant pas les règles de Schengen, renforcer les moyens de l’agence Frontex, qui s’occupe de la sûreté de nos frontières, ou encore s’opposer pour l’instant à l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace Schengen.

Au Parlement européen, nous sommes nombreux à avoir compris l’urgence d’une telle réforme. Je suis désormais membre titulaire de la commission LIBE, en charge des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures dans l’Union européenne. Un des dossiers forts de notre mandature dans cette commission portera sur les « frontières intelligentes » de l’Union européenne. Il s’agit d’un paquet de trois textes comprenant une réforme du code frontière Schengen, l’enregistrement des voyageurs dans l’UE ainsi que la mise en place du système d’entrées/sorties appelé EES pour l’enregistrement des entrées et sorties dans l’Union européenne des ressortissants des pays tiers. Ce système pourra enregistrer le moment et l’endroit d’entrée et de sortie des personnes qui arrivent dans l’UE. Il pourra également calculer la durée du séjour autorisé.

Ces mesures doivent permettre de renforcer la sécurité de nos frontières, pour le bien des européens comme des ressortissants des pays tiers. Grâce à elles, nous aurons davantage d’informations sur qui circule sur notre territoire, et les contrôles aux frontières seront bien plus rapides pour les voyageurs, grâce à la mise en place de portiques automatiques. Ce système devrait commencer à fonctionner en 2017 ou 2018.

Je souhaite vivement que ces trois textes, en accord avec la Commission européenne ainsi que le Conseil, permettent de mettre en place rapidement cette réforme de Schengen que les Européens ont appelé de leurs vœux en mai dernier. Vous pouvez compter sur moi et sur ma vigilance pour que ces textes ne soient pas des coquilles vides.

Vous pouvez également compter sur moi pour rappeler à Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission européenne, qu’il a été élu sur un programme bien spécifique, et qu’il doit s’y tenir. Je pense notamment à ses promesses sur la circulation des européens au sein de l’Europe, qui doit être assurée par une plus grande condamnation de la fraude sociale, ou encore à l’immigration en Europe, qui doit absolument être mieux contrôlée pour assurer la sécurité interne européenne. Il est grand temps d’en finir avec les doubles discours, les Français et les Européens réclament des actes. Alors au travail !


Mise au vote du rapport sur la lutte contre la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne en séance plénière à Strasbourg

Les députés européens se prononçaient hier à Strasbourg sur le règlement pour lutter contre la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne et leur retrait dans un délai d'une heure.

À cause de l’incohérence des stratégies de vote des autres groupes politiques, ce texte a été affaibli par des amendements déposés par les socialistes et soutenus par les groupes de gauche (GUE, Verts).

La députée européenne Rachida Dati, rapporteur PPE, a rappelé sa position très ferme pour défendre le délai d’une heure pour retirer les contenus terroristes signalés par les autorités compétentes : « Ce délai d'une heure a été supprimé du document destiné aux entreprises. Outre le refus du retrait dans un délai d'une heure, ce texte est aussi privé de dispositions essentielles telle que la création d'une procédure de coopération transfrontalière efficace afin que les contenus terroristes puissent être supprimés sur tout le territoire de l'Union. De même, la procédure des signalements pour avertir de la présence de contenus terroristes en ligne sur les plateformes a été rejetée. Aussi les entreprises n'ont aucune obligation de détection et de suppression par elles même des contenus terroristes. 

Le résultat final sur ce texte est donc incompréhensible pour les citoyens européens que nous avons le devoir de protéger, comme pour les autorités de nos États membres. L’incohérence de la gauche, qui joue avec la sécurité des citoyens, est irresponsable et dangereuse pour la cohésion de nos sociétés ! C'est un mépris total des victimes du terrorisme ! »

Ce mandat parlementaire s’achève comme il avait commencé pour la gauche, du PNR aux contenus terroristes en passant par les contrôles aux frontières extérieures de l’Union : dans l’incohérence et le laxisme les plus graves.


Autres communiqués


Dernière interview


1 hour rule to remove online terror content

European authorities could force websites to remove online terrorist content within the hour under a proposed law approved in the European Parliament’s Civil Liberties, Justice [...]

Voir toutes les interviews

Dernier billet d'humeur

Conférence à l'ESCP Europe

25 mars 2019

J'étais mercredi 20 mars avec les élèves de l'ESCP Europe à Paris, reçue par l'association Tribunes ESCP, pour échanger sur l'impact de l'Union européenne dans la vie des jeunes générations et revenir sur les actions importantes de mon mandat de Député européen. Alors que [...]

Voir tous les billets d'humeur

Dernier article de presse

Antiterrorisme : Rachida Dati en première ligne au Parlement européen

18 décembre 2018

Le Parlement européen a adopté la semaine dernière le rapport final de la[...]

Voir tous les articles