Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Communiqués de presse

L'urgence d'une action européenne contre le terrorisme

Les  attentats  à  Paris,  à  Copenhague  ou  encore  à  Tunis renforcent la nécessité et l’urgence d’une action européenne coordonnée pour lutter contre les  nouvelles  formes  de  terrorismes,  comme le terrorisme « libre-service ».

Engagée et mobilisée sur les questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme, j’ai été nommée rapporteur au Parlement européen sur un texte pour «la prévention de la radicalisation et du recrutement  des  citoyens  européens  par  les  organisations  terroristes».  Des  rencontres, des auditions et des déplacements sont prévus pour faire des propositions  concrètes  pour  compléter, voire coordonner, les mesures prises au niveau des États membres. Face au phénomène des « combattants étrangers – Européens » qui partent rejoindre les rangs de Daech, tout doit être entrepris pour prévenir leur départ, et s’ils partent, gérer leur retour.

Mais la première action à prendre est l’adoption d’un PNR européen. Le PNR est un outil permettant la transmission de données passagers par les compagnies aériennes aux autorités nationales à des fins de lutte contre le terrorisme. Un premier pas a été fait lors de la session plénière de février, avec l’adoption d’une résolution sur les mesures de lutte contre le terrorisme. Mais loin d’être satisfaisante, cette résolution est toutefois apparue comme un compromis mou entre les différents groupes politiques.

Face à l’incohérence des socialistes et des libéraux qui compliquent l’adoption de la directive PNR, nous pouvons toutefois compter sur le groupe des Conservateurs et Réformistes européens (ECR). Pour favoriser l’émergence d’un point de vue commun à droite sur l’enjeu  du  PNR  européen,  j’ai  d’ailleurs  organisé une réunion de travail avec des Députés européens UMP et des Députés du Parti conservateur britannique en janvier à Strasbourg. À ceux qui considèrent que la lutte contre le terrorisme ne doit pas se faire au détriment de notre liberté, nous leur rappelons que sans sécurité, il ne peut y avoir de liberté. D’ailleurs notre démarche a été reprise dans une tribune publiée en France et au Royaume-Uni.

Le  PNR  n’est  qu’une  mesure  parmi  d’autres pour combattre le fléau du terrorisme. J’ai fait des propositions claires à la Commission européenne : créer un système européen de détection des circuits de financement contre le terrorisme, responsabiliser les entreprises du net y compris pénalement, démanteler les trafics d’armes en renforçant notre coopération avec les pays des Balkans occidentaux, d’où proviennent de nombreuses armes de manière illégale au sein de l’Union européenne.

Le terrorisme est une menace mondiale, une réponse globale est donc urgente, en renforçant la coopération avec les pays tiers. Le temps n’est désormais plus aux grands discours, mais bien à celui des actions fortes, claires et déterminées. C’est en responsabilité que j’agis au Parlement européen


Déplacement de parlementaires européens en Turquie

Dans le cadre du Forum UE-Turquie, accompagnée d’une délégation de parlementaires européens, nous avons rencontré le Ministre des Affaires étrangères M. Mevlüt Cavusoglu, le Vice-Ministre des Affaires étrangères et Directeur des Affaires européennes M. Faruk Kaymakci, le Vice-Ministre de la Justice M. Cengiz Öner, le Co-Président du comité parlementaire mixte Turquie - UE M. Ismail Emrah Karayel, et des députés de la Grande Assemblée Nationale de Turquie pour évoquer la mise en œuvre du pacte migratoire, le contrôle des frontières turco-syriennes, et la lutte contre le terrorisme.

Des avancées notoires dans le domaine de la coopération des services de renseignements UE-Turquie permettent d’une part une meilleure maîtrise des flux migratoires et d’autre part de déjouer des attentats sur le territoire européen.

La Turquie est un partenaire incontournable et stratégique pour l’Union européenne pour une plus grande stabilité de la région, jusqu’au Proche et Moyen-Orient.

La Turquie accueille sur son territoire plus de 4 millions de réfugiés dont 3.5 millions de syriens – plus grande population de réfugiés au monde, évitant ainsi des arrivées massives dans l’UE.

Négliger la Turquie serait négliger notre sécurité et fracturer davantage l’Europe, en proie à des menaces réelles et des exaspérations légitimes des citoyens européens.

 

 

 

 


Autres communiqués


Dernière interview


Rachida Dati : "Opposer populistes et progressistes, c’est très dangereux"

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : http://f24.my/youtube En DIRECT - Suivez FRANCE 24 ici : http://f24.my/YTliveFR Ancienne ministre de la justice sous Sarkozy, [...]

Voir toutes les interviews


Dernier article de presse

Interview de Rachida Dati pour Nice Matin

07 mars 2018

Retrouvez mon interview pour le quotidien Nice-Matin suite à la conférence de[...]

Voir tous les articles