Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Activités parlementaires

Questions écrites

Attrait d'Erasmus chez les jeunes

Une étude Eurobaromètre de juillet 2016 indique que 61 % des jeunes Européens ne souhaitaient pas étudier, suivre une formation ou travailler dans un autre pays de l'Union européenne que le leur, alors que seulement 32 % se disaient prêts à le faire.

Le 2 mars 2017, Tibor Navracsics, membre de la Commission européenne chargé de l'éducation, de la culture, de la jeunesse et des sports, a affirmé que pour éradiquer les inégalités au sein du programme Erasmus, les États membres devront «investir au moins 40 % de fonds en plus».

Dans ce contexte, la Commission a lancé une consultation publique sur l'évaluation à mi-parcours du programme Erasmus + pour rassembler des idées et ainsi trouver de nouvelles pistes d'amélioration du programme. Ainsi, la Commission souhaite corriger les déséquilibres du programme et réduire les inégalités pour permettre aux étudiants les moins aisés de partir étudier à l'étranger.

S'il est nécessaire de lutter contre les inégalités au sein du programme, il ne faut pas oublier que les jeunes Européens restent réticents à l'idée de voyager et d'étudier dans un autre pays de l'Union européenne.

Dès lors, la Commission envisage-t-elle d'autres actions pour inciter davantage les jeunes Européens à vouloir étudier à l'étranger?


Pollution de l'air intérieur

Dans une communication du 17 mai 2018, la Commission européenne a fait un rapport détaillé de la qualité de l’air dans l’Union européenne, des mesures déjà mises en place et des axes à améliorer. Cependant, la situation de la qualité de l’air intérieur dans l’Union européenne n’y est nullement évoquée.

La question de la qualité de l’air intérieur est encore négligée par rapport à celle de l’air extérieur, alors que l’air intérieur peut souvent être plus pollué. Cela résulte de multiples facteurs, comme une exposition prolongée à des produits nocifs ou à une humidité persistante.

Cette qualité de l’air intérieur qui se dégrade est devenue une préoccupation de santé publique. On relève des symptômes pouvant aller d’allergies jusqu’à des pathologies plus graves, comme des cancers pouvant survenir à la suite d’expositions longues à ces polluants. C’est une question d’autant plus importante que nous passerions plus de 80 % de notre temps dans des espaces fermés.

Aussi, la Commission compte-t-elle prendre des initiatives et proposer des mesures concrètes pour remédier à ce problème de santé publique?


Autres questions écrites


Dernière intervention


Intervention de Rachida Dati en séance plénière sur les prisons en Europe

Retrouvez mon intervention du 5 octobre 2017 en séance plénière au Parlement européen sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons

Voir toutes les interventions

Dernier rapport

Rapport sur la stratégie UE-Afrique: un coup d’accélérateur au développement

16 novembre 2017

Le Parlement européen a adopté un rapport sur "la stratégie UE-Afrique" en amont du sommet Union africaine-Union européenne à Abidjan. Ce rapport nous alerte sur les priorités fondamentales de notre partenariat dans un contexte sécuritaire et migratoire sans précèdent.

Voir tous les rapports

Dernier livret

Les livrets de Rachida Dati

#8 Un mandat à votre service au Parlement européen

Retrouvez mes actions et mes combats pour la France et les Français en Europe.

Voir tous les livrets