Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Activités parlementaires

Questions écrites

Réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025

Dans une résolution de janvier 2012, le Parlement européen a décidé de mettre en lumière la catastrophe mondiale que constitue le gaspillage alimentaire et a notamment appelé la Commission européenne à faire de 2014 l’année européenne pour la lutte contre le gaspillage alimentaire. L’objectif fixé était de réduire de moitié ce gaspillage d’ici 2025.

Le gaspillage alimentaire était alors évalué à 89 millions de tonnes par an dans l’Union européenne, soit 179 kilos par personne, avec des prévisions en hausse pour les années à venir. En outre, il était estimé que près de 50% des denrées saines et comestibles sont gâchées, alors que 79 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté en Europe.

Dans sa résolution, le Parlement européen demandait alors des mesures urgentes pour faire face à ce gaspillage présent à tous les stades de la chaîne alimentaire. Diverses mesures ont été proposées telles que les campagnes de sensibilisation ou des règles d’étiquetage et d’emballage plus adéquates.

Toutefois, ces requêtes ont reçu peu d’échos de la part de la Commission européenne avec des mesures qui tardent à se mettre en place. Il serait insensé que l’Union européenne n’apporte pas de réponses efficaces à un tel phénomène de gâchis alors que des centaines de millions de personnes souffrent de la faim dans le monde.

Ces démarches sont d’autant plus importantes que le gaspillage alimentaire ne constitue pas seulement un problème éthique mais également économique, social et environnemental.

La Commission européenne peut-elle nous informer de la manière dont elle compte atteindre cet objectif de réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025, tout en entreprenant des démarches pour encourager une meilleure répartition des denrées alimentaires en faveur des plus démunis ?


Pollution de l'air intérieur

Dans une communication du 17 mai 2018, la Commission européenne a fait un rapport détaillé de la qualité de l’air dans l’Union européenne, des mesures déjà mises en place et des axes à améliorer. Cependant, la situation de la qualité de l’air intérieur dans l’Union européenne n’y est nullement évoquée.

La question de la qualité de l’air intérieur est encore négligée par rapport à celle de l’air extérieur, alors que l’air intérieur peut souvent être plus pollué. Cela résulte de multiples facteurs, comme une exposition prolongée à des produits nocifs ou à une humidité persistante.

Cette qualité de l’air intérieur qui se dégrade est devenue une préoccupation de santé publique. On relève des symptômes pouvant aller d’allergies jusqu’à des pathologies plus graves, comme des cancers pouvant survenir à la suite d’expositions longues à ces polluants. C’est une question d’autant plus importante que nous passerions plus de 80 % de notre temps dans des espaces fermés.

Aussi, la Commission compte-t-elle prendre des initiatives et proposer des mesures concrètes pour remédier à ce problème de santé publique?


Autres questions écrites


Dernière intervention


Intervention de Rachida Dati en séance plénière sur les prisons en Europe

Retrouvez mon intervention du 5 octobre 2017 en séance plénière au Parlement européen sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons

Voir toutes les interventions

Dernier rapport

Rapport sur la stratégie UE-Afrique: un coup d’accélérateur au développement

16 novembre 2017

Le Parlement européen a adopté un rapport sur "la stratégie UE-Afrique" en amont du sommet Union africaine-Union européenne à Abidjan. Ce rapport nous alerte sur les priorités fondamentales de notre partenariat dans un contexte sécuritaire et migratoire sans précèdent.

Voir tous les rapports

Dernier livret

Les livrets de Rachida Dati

#8 Un mandat à votre service au Parlement européen

Retrouvez mes actions et mes combats pour la France et les Français en Europe.

Voir tous les livrets