Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Activités parlementaires

Questions écrites

Objet : Nouvel élan pour une «croissance bleue» en Méditerranée

Les 18 et 19 avril dernier, à l’occasion de la 12e conférence de la facilité euro-méditerranéenne d’investissement et de partenariat (FEMIP), des priorités et des objectifs pour une coopération renforcée dans le développement d’une «économie bleue en Méditerranée» ont été définis.

Dans le droit fil des récents travaux de l’assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée, cet événement a permis de mettre en lumière les nombreuses potentialités liées à la mer dans cette région, dans des domaines aussi variés que les transports, la pêche ou le tourisme.

Pour réussir cette «croissance bleue», il s’agit notamment, comme il a été indiqué lors de la conférence, de favoriser les clusters maritimes, de construire des infrastructures (notamment portuaires comme cela a été fait avec le port de Tanger-Med), de coopérer dans le domaine de la formation et de la création d’emplois.

Ce sont des défis ambitieux et des objectifs tout à fait pertinents pour favoriser sans plus attendre le développement économique et social de l’ensemble des pays riverains de la Méditerranée.

Le Vice-président de la BEI a, à cette occasion, réclamé une véritable impulsion politique pour donner une dimension concrète à la coopération maritime en Méditerranée.

Dans ce même esprit, je souhaite demander à la Commission quel rôle elle entend jouer pour poursuivre ces efforts ?
Quelles sont les prochaines étapes à la réalisation de cette «croissance bleue» ? Comment compte-elle fédérer autour de ce projet le plus grand nombre d’acteurs institutionnels et de pays du pourtour méditerranéen ?


Fonds européen pour le développement durable

En juin 2016, la Commission a décidé de proposer un «plan d'investissement extérieur» sur le même modèle que le plan Juncker qui établit le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS).

La Commission a ainsi proposé la création d'un Fonds européen pour le développement durable (FEDD) destiné à favoriser les investissements dans le secteur privé en Afrique et dans les pays du voisinage de l'Union européenne. L'objectif est de stabiliser davantage certains États et de s'attaquer ainsi aux causes profondes de la migration.

Le 25 avril 2017, les membres des commissions des affaires étrangères, du budget et du développement du Parlement européen ont adopté leur position sur cette proposition de la Commission. Le Parlement souhaite notamment que ce fonds bénéficie en priorité aux pays les plus pauvres pour y stimuler la croissance et l'emploi. Les députés mettent également l'accent sur l'importance de privilégier les petites et moyennes entreprises, qui ont plus de difficultés à se développer.

Comment la Commission accueille-t-elle ces propositions du Parlement européen dans la perspective des négociations en trilogue à venir ?


Autres questions écrites


Dernière intervention


Intervention de Rachida Dati en commission Affaires étrangères le 9 janvier 2017

Retrouvez mon intervention du 9 janvier 2017 en Commission des Affaires étrangères sur les relations entre l'Union européenne et le Maroc

Voir toutes les interventions

Dernier rapport

Présentation du rapport sur « la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens de l’Union par des organisations terroristes »

16 juin 2016

Rachida Dati présentera cet après-midi à partir de 14h30 en commission des Libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen son rapport sur « la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens de l’Union par des organisations terroristes ».

Voir tous les rapports

Dernier livret

Les livrets de Rachida Dati

#5 La politique européenne des visas

Les visas: un outil au service d'une politique européenne ambitieuse

Voir tous les livrets