Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Activités parlementaires

Questions écrites

Quels dispositifs pour s’assurer de la bonne destination des fonds engagés pour lutter contre l’épidémie Ebola ?

Apparue en Guinée il y a près de sept mois, l’épidémie Ebola n’a cessé de s’étendre. Aujourd’hui, l’Afrique de l’Ouest est confrontée à une situation sanitaire critique qui a déjà fait plus de 2000 morts et infecté près de 4000 personnes. Selon l’Organisation mondiale du commerce, la crise sanitaire est une « urgence de santé publique de portée internationale » dont le nombre de patients pourrait dépasser les 20 000 au cours des trois prochains mois.

Face à cette situation dramatique, la communauté internationale doit se mobiliser encore davantage. L’Union européenne a décidé d’accroître son niveau d’assistance celle-ci atteignant près de 150 millions d’euros comportant notamment le traitement des patients infectés et des mesures destinées à endiguer l’épidémie, tout en renforçant les systèmes de soins de santé et en améliorant la sécurité alimentaire, l’accès à l’eau et l’assainissement .

Si le déblocage de ces fonds est un motif d’espoir, il faut, en parallèle, nous assurer de leur bon usage afin qu’ils bénéficient concrètement aux populations touchées par le virus dans les régions concernées.

Dans cette perspective, quels dispositifs de suivi la Commission européenne compte-elle mettre en place afin d’assurer que l’assistance fournie soit effectivement destinée aux populations victimes du virus Ebola ?


Fonds européen pour le développement durable

En juin 2016, la Commission a décidé de proposer un «plan d'investissement extérieur» sur le même modèle que le plan Juncker qui établit le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS).

La Commission a ainsi proposé la création d'un Fonds européen pour le développement durable (FEDD) destiné à favoriser les investissements dans le secteur privé en Afrique et dans les pays du voisinage de l'Union européenne. L'objectif est de stabiliser davantage certains États et de s'attaquer ainsi aux causes profondes de la migration.

Le 25 avril 2017, les membres des commissions des affaires étrangères, du budget et du développement du Parlement européen ont adopté leur position sur cette proposition de la Commission. Le Parlement souhaite notamment que ce fonds bénéficie en priorité aux pays les plus pauvres pour y stimuler la croissance et l'emploi. Les députés mettent également l'accent sur l'importance de privilégier les petites et moyennes entreprises, qui ont plus de difficultés à se développer.

Comment la Commission accueille-t-elle ces propositions du Parlement européen dans la perspective des négociations en trilogue à venir ?


Autres questions écrites


Dernière intervention


Intervention de Rachida Dati en commission Affaires étrangères le 9 janvier 2017

Retrouvez mon intervention du 9 janvier 2017 en Commission des Affaires étrangères sur les relations entre l'Union européenne et le Maroc

Voir toutes les interventions

Dernier rapport

Présentation du rapport sur « la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens de l’Union par des organisations terroristes »

16 juin 2016

Rachida Dati présentera cet après-midi à partir de 14h30 en commission des Libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen son rapport sur « la prévention de la radicalisation et du recrutement de citoyens de l’Union par des organisations terroristes ».

Voir tous les rapports

Dernier livret

Les livrets de Rachida Dati

#5 La politique européenne des visas

Les visas: un outil au service d'une politique européenne ambitieuse

Voir tous les livrets