Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Activités parlementaires

Questions écrites

Quel rôle pour la coopération en matière de sécurité entre l’UE et l’UMA au Sahel ?

L’instabilité du Sahel n’est plus à démontrer. Cette région est plus que jamais en proie au terrorisme et au crime organisé.  La menace terroriste d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) au Nord-Mali en est un triste exemple. En mars, on chiffrait ainsi à 436 000 le nombre de Maliens qui ont dû quitter leur domicile suite aux violences commises depuis 2012. À ce titre, l’UE doit affirmer son leadership en établissant une politique volontariste. J’avais déjà appelé Catherine Ashton à s’impliquer dans la région en janvier dernier.  S’engager à intervenir dans cette poudrière, c’est lutter à terme pour la transition démocratique et la stabilité dans la région.

Les pays du Maghreb sont directement concernés par les événements intervenus récemment dans cette région (prolifération d’armes, flux migratoires incontrôlés, déclin du tourisme,…). Les efforts de l’UE ne peuvent être circonscrits à une action proprement européenne. Elle doit s’appuyer sur ses relais locaux au Maghreb. Elle doit également poursuivre le renforcement de son action conjointe aux côtés de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) et aboutir à une politique de sécurité commune.

La stratégie pour la sécurité et le développement au Sahel de 2011 appelait en effet déjà à une coopération sécuritaire locale renforcée dans cette région. En ce sens, l’UE et l’UMA peuvent jouer un rôle actif. Le premier dialogue ministériel sur la coopération locale UE-Maghreb le 27 septembre dernier a réaffirmé que la sécurité est un des objectifs principaux de cette coopération mutuelle. Mais rien n’a été précisé concernant d’éventuels plans de coopération militaire communs au Sahel.

La Commission peut-elle nous préciser quels sont les moyens d’action envisagés au Sahel en coopération avec nos partenaires du Maghreb, et à quelle échéance ?


Pollution de l'air intérieur

Dans une communication du 17 mai 2018, la Commission européenne a fait un rapport détaillé de la qualité de l’air dans l’Union européenne, des mesures déjà mises en place et des axes à améliorer. Cependant, la situation de la qualité de l’air intérieur dans l’Union européenne n’y est nullement évoquée.

La question de la qualité de l’air intérieur est encore négligée par rapport à celle de l’air extérieur, alors que l’air intérieur peut souvent être plus pollué. Cela résulte de multiples facteurs, comme une exposition prolongée à des produits nocifs ou à une humidité persistante.

Cette qualité de l’air intérieur qui se dégrade est devenue une préoccupation de santé publique. On relève des symptômes pouvant aller d’allergies jusqu’à des pathologies plus graves, comme des cancers pouvant survenir à la suite d’expositions longues à ces polluants. C’est une question d’autant plus importante que nous passerions plus de 80 % de notre temps dans des espaces fermés.

Aussi, la Commission compte-t-elle prendre des initiatives et proposer des mesures concrètes pour remédier à ce problème de santé publique?


Autres questions écrites


Dernière intervention


Intervention de Rachida Dati en séance plénière sur les prisons en Europe

Retrouvez mon intervention du 5 octobre 2017 en séance plénière au Parlement européen sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons

Voir toutes les interventions

Dernier rapport

Rapport sur la stratégie UE-Afrique: un coup d’accélérateur au développement

16 novembre 2017

Le Parlement européen a adopté un rapport sur "la stratégie UE-Afrique" en amont du sommet Union africaine-Union européenne à Abidjan. Ce rapport nous alerte sur les priorités fondamentales de notre partenariat dans un contexte sécuritaire et migratoire sans précèdent.

Voir tous les rapports

Dernier livret

Les livrets de Rachida Dati

#8 Un mandat à votre service au Parlement européen

Retrouvez mes actions et mes combats pour la France et les Français en Europe.

Voir tous les livrets