Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Activités parlementaires

Questions écrites

Sous-effectif médical dans certaines régions de l'Union européenne

Depuis l'établissement de mesures de reconnaissance mutuelle des titres de médecin, l'Union a connu des flux importants, vers l'Europe de l'Ouest, de citoyens exerçant des professions médicales. Selon l'OCDE, entre 1997 et 2016, 72 314 médecins et 73 067 infirmières ont déposé des candidatures pour travailler en dehors de leur pays d'origine au sein de l'Union. Ces personnes partent en majorité de pays récemment devenus membres pour s'installer au Royaume-Uni, en Allemagne, en Belgique ou encore aux Pays‐Bas, où les salaires sont plus élevés.

Cette circulation des travailleurs, sorte de fuite des cerveaux, soulève des difficultés pour les pays d'origine qui se trouvent en sous-effectif médical. Comme l'affirme un article de Politico du 28 septembre 2017, en Roumanie, 10 % de la population ne bénéficierait d'aucun suivi médical. En Estonie, de nombreux médecins seraient obligés d'accueillir 30 patients par jour, contre 15 en moyenne en Europe de l'Ouest. La Hongrie pourrait, quant à elle, perdre 6 500 médecins généralistes dans les dix prochaines années.

1. Dans ce contexte, la Commission entend-elle mener une étude approfondie sur la circulation des travailleurs du secteur médical?

2. Comment la Commission pourrait-elle répondre à ce déséquilibre de représentation des professions médicales qui nuit à l'accès aux soins de santé?


Pollution de l'air intérieur

Dans une communication du 17 mai 2018, la Commission européenne a fait un rapport détaillé de la qualité de l’air dans l’Union européenne, des mesures déjà mises en place et des axes à améliorer. Cependant, la situation de la qualité de l’air intérieur dans l’Union européenne n’y est nullement évoquée.

La question de la qualité de l’air intérieur est encore négligée par rapport à celle de l’air extérieur, alors que l’air intérieur peut souvent être plus pollué. Cela résulte de multiples facteurs, comme une exposition prolongée à des produits nocifs ou à une humidité persistante.

Cette qualité de l’air intérieur qui se dégrade est devenue une préoccupation de santé publique. On relève des symptômes pouvant aller d’allergies jusqu’à des pathologies plus graves, comme des cancers pouvant survenir à la suite d’expositions longues à ces polluants. C’est une question d’autant plus importante que nous passerions plus de 80 % de notre temps dans des espaces fermés.

Aussi, la Commission compte-t-elle prendre des initiatives et proposer des mesures concrètes pour remédier à ce problème de santé publique?


Autres questions écrites


Dernière intervention


Intervention de Rachida Dati en séance plénière sur les prisons en Europe

Retrouvez mon intervention du 5 octobre 2017 en séance plénière au Parlement européen sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons

Voir toutes les interventions

Dernier rapport

Rapport sur la stratégie UE-Afrique: un coup d’accélérateur au développement

16 novembre 2017

Le Parlement européen a adopté un rapport sur "la stratégie UE-Afrique" en amont du sommet Union africaine-Union européenne à Abidjan. Ce rapport nous alerte sur les priorités fondamentales de notre partenariat dans un contexte sécuritaire et migratoire sans précèdent.

Voir tous les rapports

Dernier livret

Les livrets de Rachida Dati

#8 Un mandat à votre service au Parlement européen

Retrouvez mes actions et mes combats pour la France et les Français en Europe.

Voir tous les livrets