Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Activités parlementaires

Questions écrites

Critères de sélection des projets de la coopération structurée permanente

Le 13 novembre 2017, 23 États membres ont signé une notification conjointe sur la coopération structurée permanente (CSP) dans le domaine de la politique de sécurité et de défense. Ce cadre de coopération donnera aux États membres la possibilité de développer conjointement des capacités de défense et d’investir dans des projets communs.

La décision d’établir la CSP a été adoptée par le Conseil le 11 décembre. Cette décision délimite entre autres 17 projets collaboratifs qui devront être examinés et développés dans le cadre de la CSP, notamment avec pour objectif la formation, le développement de capacités et la préparation opérationnelle. Cette liste de projets devrait être définitivement adoptée par les États membres participant à la CSP début 2018.

Depuis le début des discussions sur la mise en œuvre d’une CSP dans le domaine de la défense, près de 50 projets ont été présentés par divers États membres.

Sur quels critères de sélection le Conseil s’est-il appuyé pour établir une liste définitive de 17 projets? Dans quels délais la Conseil compte-t-il encourager la mise en œuvre de ces projets?


Multiplication des structures relatives à l'intelligence artificielle

Le 18 juin 2018, Mariya Gabriel, la commissaire chargée de l'économie et de la société numériques, a annoncé le lancement d'un plan d'action coordonné avec les États membres sur l'intelligence artificielle. Celui-ci vient s'ajouter à une série d'initiatives déjà entreprises. En effet, quelques jours auparavant, la Commission avait mis en place l'Alliance européenne pour l'intelligence artificielle et nommé un groupe d'experts sur cette question. Deux structures supplémentaires ont également été créées: la plateforme d'intelligence artificielle «à la demande», ainsi que la Coalition pour les compétences et l'emploi numériques en Europe.

Les technologies de l'intelligence artificielle sont en pleine expansion, et la course à l'innovation est lancée. Selon le cabinet d'analyse Tractica, le marché de l'intelligence artificielle pourrait représenter 11 milliards de dollars d'ici 2024. Cependant, l'Union européenne accuse un retard considérable en la matière et se trouve loin derrière la Chine et les États-Unis.

La Commission peut-elle préciser les missions et objectifs assignés à chacune de ces entités ?

Une fusion de ces structures pourrait-elle être envisagée, dans un objectif de simplification et de meilleure efficacité ?


Autres questions écrites


Dernière intervention


Intervention de Rachida Dati en séance plénière sur les prisons en Europe

Retrouvez mon intervention du 5 octobre 2017 en séance plénière au Parlement européen sur les systèmes pénitentiaires et les conditions dans les prisons

Voir toutes les interventions

Dernier rapport

Rapport sur la stratégie UE-Afrique: un coup d’accélérateur au développement

16 novembre 2017

Le Parlement européen a adopté un rapport sur "la stratégie UE-Afrique" en amont du sommet Union africaine-Union européenne à Abidjan. Ce rapport nous alerte sur les priorités fondamentales de notre partenariat dans un contexte sécuritaire et migratoire sans précèdent.

Voir tous les rapports

Dernier livret

Les livrets de Rachida Dati

#7 Bilan des députés européens de la délégation française du Groupe PPE

Retrouvez le bilan des actions des députés européens de la délégation française du Groupe PPE depuis mai 2014.

Voir tous les livrets